Maroc : Une ONG demande aux MRE de ne pas acheter de singes magots

Avec l’opération Marhaba qui a commencé il y a quelques semaines, la fondation Moroccan Primate Conservation (MPC) (cf site), une ONG hollandaise qui milite depuis 2004 pour la protection des singes magots au Maroc, profite de cette période de retour des MRE vers leur pays d’origine pour les sensibiliser à la disparition et à la préservation des singes magots. Elle leur demande également de ne pas acheter de singes magots.

Des singes magots emprisonnés dans une cage. (copyrights Moroccan Primate Conservation)

Les singes magots, appelés aussi les macaques berbères font parti des 30 différentes espèces de singes macaques encore existantes sur terre. On les trouve non seulement au Maroc mais également en Algérie et à Gibraltar. Malheureusement à cause de leur capture chaque année pour le commerce illégal d’animaux de compagnie, la population de singes magots est en déclin au Maroc passant de 17 500 en 1985 à seulement 6000 en 2012.

C’est ainsi pour protéger ces milliers de singes que la fondation MPC lance une vaste campagne d’éducation du 1er au 16 juillet prochain, au port espagnol d’Algeciras. Objectif : faire cesser le commerce illégal de ces singes du Maroc vers l’Europe, indique un communiqué de presse que la Fondation a envoyé aujourd’hui à Yabiladi.com. Des flyers et des packs d’informations seront distribués aux passagers prenant le ferry pour le Maroc « avec comme message de ne pas acheter de magots durant leur séjour dans le pays. Un petit film sera également projeté durant l’été au terminal du ferry des passagers vers le Maroc », précise le communiqué de presse.

Cachés dans les voitures des MRE

« Ces singes magots sont achetés encore petits à la place Jemaâ El Fna, Tanger, Ifrane ou au marché noir par des Marocains résidant à l’étranger qui les considèrent comme de mignons petits animaux de compagnie, comme s’ils étaient des chats ou des chiens, alors que c’est illégal ! Par ailleurs, ils sont retirés très jeunes à leur mère et de leur milieu naturel et doivent vivre une vie de captivité, tombant souvent malades allant même jusqu’à mourir », déplore Els van Lavieren, Directrice de la MPC joint cet après-midi par nos soins. « Après les avoir achetés, ces MRE les cachent ensuite dans leur voiture pour les emmener avec eux en Europe. Ils n’hésitent pas à leur donner des médicaments pour les faire dormir durant le passage à la douane. Et comme c’est difficile pour les douaniers de vérifier le contenu de chacune des voitures sortantes, les singes débarquent en Europe. », poursuit-elle. Lorsqu’un singe est découvert dans une voiture par un douanier, il est confisqué et est envoyé au zoo de Témara qui est déjà plein à craquer de ces singes.

Puis dès qu’ils arrivent en Europe, les « mignons petits animaux de compagnie » grandissent et deviennent incontrôlables et imprévisibles n’hésitant pas à détruire l’intérieur d’une maison, mordre leurs propriétaires, voire même devenir une menace pour la famille et les plus petits. Les familles n’ont pas d’autres choix que d’abandonner ces singes dans la rue ou dans des centres animaliers. C’est en France qu’il y a le plus de singes abandonnés. Els van Lavieren évoque l’existence d’un centre d’accueil d’animaux exotiques, AAP, en Hollande qui a pour mission d’accueillir tous les singes abandonnés dans le reste des pays d’accueil européens mais déplore la croissance de ce phénomène.

Prise de conscience marocaine

Malheureusement, les singes magots n’auront jamais la chance de revoir leur milieu naturel d’origine au Maroc. « Une fois qu’un singe magot traverse la frontière, les autorités marocaines ne veulent pas le récupérer pour le réintroduire dans son milieu naturel parce qu’elles ne savent pas de quelle ville il est originaire et ne veulent pas le réintroduire dans un groupe de singes qui ne fait pas partie de sa famille », déplore Els van Lavieren. Selon elle, la solution pour éviter que ces singes magots ne connaissent ce sort, est que les autorités marocaines soient plus strictes au niveau juridique afin de confisquer les singes achetés ou Maroc et punir les vendeurs et les acheteurs. « Avec la pression exercée ces dernières années des pays européens sur le Maroc, les autorités du royaume ont décidé de renforcer la loi et une nouvelle législation sera bientôt mise en œuvre. Elle régule le commerce d’animaux sauvages au Maroc et prévoit des pénalités de 20 000 à 50 000 dirhams à quiconque capture, vend ou participe au trafic de ces singes », conclut-elle. Vous êtes donc prévenu !

Des singes magots détecteurs de mines en Irak

Dans le film américain W. réalisé par Oliver Stone en 2008 et retraçant la vie du président américain George W. Bush, on apprend que les autorités marocaines ont envoyé 2000 singes magots aux Etats-Unis, alors sur le point d’envahir l’Irak, pour aider l’armée américaine à détecter les mines. Des singes formés spécialement pour ce but, souligne le site officiel du film. Interrogé sur l’usage des singes magots comme détecteurs de mines, Els van Lavieren confie qu’elle en a déjà entendu parler mais qu’elle est dans l’incapacité d’apporter plus de précisions sur ce point. Elle insiste néanmoins pour rappeler qu’elle est contre cette pratique.

Suivre Yabiladi
1 commentaire
Ne pas faire le malheur des animaux
Auteur : canastel22
Date : le 30 juin 2012 à 09h25
Pauvre singes
Facebook