En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Congrès de l’Istiqlal : Chabat, le « roturier » qui menace la dynastie du clan El Fassi

C’est une première dans l’histoire de l’un des plus vieux partis au Maroc. Hamid Chabat, un ancien ouvrier, souhaite mettre un terme à la dynastie des Fassi à la tête de l’Istiqlal.

Un roturier menace de s’emparer de la citadelle du clan El Fassi. Hamid Chabat, l’homme aux multiples casquettes au sein de l’Istiqlal, est à la fois maire de Fès, député et secrétaire général du syndicat l’UGTM, et il ne cache plus ses ambitions de succéder à Abbas El Fassi à la tête de l’Istiqlal, lors de son 16ème congrès qui se tient du 29 juin au 1er juillet.

En face de Hamid Chabat, l’ancien ouvrier dans une usine de motocycle, un véritable « sang bleu », Abdelouahed El Fassi. Un homme peu charismatique mais qui a une superbe carte généalogique, il est le fils de Allal El Fassi, le fondateur du parti de l’Istiqlal. Une des figures de proue du mouvement pour l’indépendance du Maroc. Le comble dans cette histoire de concurrence entre les deux prétendants, c’est, en effet, Hamid Chabat qui encourageait, il a y quelques mois, Abdelouahed à prendre les rênes du PI.

A l’époque Abbas El Fassi, fort de son titre de premier ministre, préparait son gendre, Nizar Baraka, l’actuel ministre des Finances, à sa succession. Un plan qui a pris l’eau avec le désistement de Baraka pour se présenter aux législatives anticipées du 25 novembre dernier par peur de l'échec. C’est également la même décision qu’a prise Abdelouahed El Fassi

Les atouts du "roturier"

Certes Hamid Chabat n’a pas eu la chance de côtoyer Allal El Fassi, décédé en 1974 dans un crash d’avion, mais depuis son adhésion à l’Istiqlal au milieu des années 80, il a connu une ascension fulgurante. La grève générale du 14 décembre 1990, avec des dizaines de morts tombés, à Fès, sous les balles réelles des forces de l'ordre, constitue son véritable baptême du feu.

Depuis cette date, Chabat commence à tisser son propre réseau au sein de l’Istiqlal. En une vingtaine d’années, il a réussi à mettre la main sur la mairie de Fès, le berceau du clan El Fassi, lui qui est originaire de Taza. Et comme l’appétit vient en mangeant, il déloge en 2008 Mohamed Benjelloun Al Andaloussi, un autre fassi, du secrétariat général de l’UGTM (Union générale des travailleurs au Maroc) pour prendre sa place. Il est également membre de la Chambre des représentants, il en est à son troisième mandat.

Hamid Chabat contrôle également la jeunesse du parti et l’organisation des femmes istiqlaliennes. Certaines sources avancent, également, qu’il a le soutien d’une vingtaine de sections régionales du parti. Contrairement aux autres têtes d’affiche de l’Istiqlal, Hamid Chabat n’entretient aucune alliance maritale avec le clan de Allal El Fassi. Nizar Baraka et Mohamed El Ouafa, respectivement ministres des Finances et de l’Education, doivent leur ascension politico-sociale justement à des mariages scellés avec le clan El Fassi.

Les dernières nouvelles du congrès de l'Istiqlal soulignent que le clan El Fassi serait en préparation d'un plan B. Au cas où Abdelouahed El Fassi ne parvenait pas à tenir tête à Hamid Chabat de présenter la candidature de Mohamed El Ouafa, un membre du clan El Fassi par alliance.

Suivre Yabiladi
Chabat n'est pas d'une famille fassi
Auteur : webmaster
Date : le 29 juin 2012 à 14h22
Vous avez raison sur les liens entre familles au Maroc.
Nous disons seulement que Chabat n'est pas issue d'une des grandes familles fassies comme c'était l'usage à la tête de l'Istiqlal, et n'a aucun lien de parenté avec la famile Fassi comme c'est le cas de certains ministres aujourd'hui.

Il est en effet issu du monde ouvrier, du peuple. Mais cela ne veut pas dire que c'est un Robin des Bois. :)

La nouveauté est qu'un roturier viennent remettre en question la domination du clan El Fassi et la prédominance des grandes familles fassies sur l'Istiqlal. Ce n'est ni un messie, ni un ange. On est clairement dans une lutte de pouvoir. Et c'est ce que le papier souligne.
Congrès de l’Istiqlal
Auteur : allamami
Date : le 29 juin 2012 à 13h05
Salam & merci webmaster ;
Juste vous rappeler ( ce que vous savez certainement)
qu'il s'agit de Sociétés cosanguines & que par conséquent c'est toujours plus ou moins la même famille.
Fouinez un peu & vous allez finir par trouver des relations familiales ou/et d'alliance avec Les Chabat .
Faites donc votre travail jusq'au bout .
Quand à Chabat roturier ?????
Plus sérieusement disons que tout le monde a des relations avec tout le monde & par conséquent c'est une mauvaise piste & nocive explication....
Bonne remarque Allamami
Auteur : webmaster
Date : le 29 juin 2012 à 12h47
Bonjour Allamami,

Bonne remarque, mais le clan El Fassi rassemble plus que la famille Fassi au sens strict.
Boucetta était de la famille El Fassi par alliance, comme aujourd'hui le ministre de la Santé, ou même celui des Finances. C'est ce que notre journaliste a appelé le clan El Fassi.

Chabat par contre est un roturier n'ayant aucun lien de parenté avec la famille Fassi.
J'espère que ma réponse vous a éclairé sur vos interrogations.
Congrès de l’Istiqlal
Auteur : allamami
Date : le 29 juin 2012 à 12h45
@ algertunis:
Merci de cesser d'insulter les gens qui ont travaillé à la libération de leur pays, ils n'ont pas collaboré avec le protectorat c'est R I D I C U L E !!!
Salam.
Congrès de l’Istiqlal
Auteur : allamami
Date : le 29 juin 2012 à 12h40
Salam,
Ce n'est vraiment pas une première.
Merci de bien vouloir faire correctement votre travail d'information.
M'hamed Boucetta a occupé le poste pendant une très très longue durée au point où l'on se demandait s'il était déboulonnable!!
C'était de1974 à 1998.
Facebook