En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Affaire Kharbouch: La famille du commissaire intimide Zoubida Aït Si Rahal

Il y a un mois, Zoubida Aït Si Rahal était venue se reposer pour une dizaine de jours au Maroc. Alors qu’elle est tranquillement installée dans la maison de sa belle-mère à Marrakech, elle reçoit une visite inattendue : celle de l’épouse du commissaire Kharbouch qui a frappé à mort son mari, venue lui demander de pardonner son époux pour qu’il n’aille pas en prison.

Zoubida Aït Si Rahal lors de sa visite à Yabiladi en mai dernier.

Cela devait être des vacances bien méritées pour Zoubida Aït Si Rahal. En mai dernier, elle est venue au Maroc pour rendre visite à sa famille et souffler un peu. Elle avait d’ailleurs fait escale au siège de Yabiladi à Casablanca pour une interview. Malheureusement pour elle, ces vacances se sont très vite transformées en un véritable cauchemar qu’elle n’est pas prête d’oublier de sitôt. « C’est la première fois que je prenais 15 jours pour me reposer. Je voulais penser à autre chose qu'à l’affaire de l’assassinat de mon mari et je n’avais pas l’intention de voir qui que ce soit », confie Zoubida Aït Si Rahal joint ce matin par Yabiladi.

Une seconde mort

Trois jours avant son retour en France, le samedi 26 mai, elle reçoit une visite totalement inattendue : celle de la femme du commissaire Kharbouch, l’homme qui a tué son mari l’été 2002  dans un commissariat de Marrakech (cf notre article). Cette dernière est accompagnée de deux de ses enfants et d’une dizaine d’autres personnes qui sont des membres et des amis de la famille Kharbouch. Tous font irruption dans la maison sous les yeux ahuris de Zoubida qui reste néanmoins maître d’elle-même. « A ce moment-là, j’ai eu l’impression d’assister à la seconde mort de mon mari !», lâche-t-elle. « Je regarde la femme de Kharbouch et je lui demande ce qu’elle attend de moi. Elle me répond qu’elle veut que j’accorde mon pardon à Kharbouch pour l’empêcher d’aller en prison », explique Zoubida Aït Si Rahal ne comprenant pas pourquoi l’épouse de Kharbouch avait attendu 10 ans avant de se manifester. « Malgré sa tentative d’intimidation et ses pleurs personne ne peut me faire changer d’avis et me faire dévier de mon but final à savoir l’incarcération de son mari », lance Zoubida Aït Si Rahal.

Un mouton pour dire pardon

Puis, ne pouvant plus canaliser sa colère une seconde de plus, Zoubida quitte la maison accompagnée de quelques membres de sa famille laissant derrière elles la famille Kharbouch. En sortant de la maison, Zoubida Aït Si Rahal découvre un mouton attaché à la grille du jardin que la famille Kharbouch a apporté afin de se réconcilier avec Zoubida. « C'est inouï ! Qu’est-ce que tu veux que je fasse d’un mouton ? Je l’ai ensuite offert à un orphelinat de Marrakech », ajoute-t-elle en lançant un rire ironique.

Depuis sa rencontre avec la femme du commissaire Kharbouch, Zoubida Aït Si Rahal n’arrive pas à fermer l’œil de la nuit, complétement angoissée qu’on vienne même lui rendre visite et l’intimider chez elle en France. « Cette visite de la famille de Kharbouch à Marrakech ne sert strictement à rien car le jugement dans l’affaire est rendu et le commissaire Kharbouch a été condamné à 10 ans de prison l'an dernier. Personne, ni moi, ni les avocats ne pouvons annuler cette sentence. La seule place pour l’assassin de mon époux, du père de mes enfants et grand-père de mes petits enfants est en prison. », déclare Zoubida Aït Si Rahal. « J’espère que mon calvaire finira un jour comme ça je pourrais enfin vivre tranquillement les années qui me restent à vivre, parce que tout ce que j’endure émotionnellement pèse énormément sur ma santé », conclut-elle.

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
oh marrakech!!!!!
Auteur : nordinsam
Date : le 12 septembre 2013 à 22h01
A Marrakech on touche pas les flics-pardon un commissaire,-un gendarme et un soldat (ceux qui portent 1 ou 2 dirham doré sur leur epaule).

c´est une honte pour la justice et les responsables.on dit le bled á changé , c´est un réve que nous les maroccains souhaiton ,helas c´est toujours les memes et toujours la méme.
cést triste
Justice et cop
Auteur : MAR0CALIN
Date : le 25 septembre 2012 à 13h40
IL a fallu pour cette veuve courageuse de se battre pendant un bon bout de temps pour qu'à la fin la soi disant Justice au pays du Commandeur des Croyants prononce un sentence se 10ans d'emprisonnement à l'encontre de l'assassin de son mari!
Seulement le coupable court toujours et les autorités tardent à le dénicher par enchantement.
S'il s'agissait d'un opposant, on lui aurait acculé illico l'étiquette de fauteur de trouble en la personne de terroriste et une peine lourde allant parfois à 30ans de réclusion lui aurait été réservée. S'il se cachait les fins limiers (on les nomme ainsi et on ne tarit pas d'éloges sur eux dans les journaux du pays) auraient vite fait de le dénicher.
L'injustice de la Justice est criarde dans mon pays !
C'est bien le Maroc
Auteur : Danouni
Date : le 27 juin 2012 à 13h45
Un flic tue son mari et en échange la femme du tueur lui apporte Un MOUTON à égorger.

C'est peut être qu'au Maroc Mouton et Flic ça se dit pareil...

exacte
Auteur : sakki
Date : le 26 juin 2012 à 19h52
c'est ainsi les journalistes de Yabiladi
Affaire Zoubida ait
Auteur : Driss Nizar
Date : le 26 juin 2012 à 19h14
Pour que l'autre bonne femme ose se pointer chez Mme Zoubida pour une soit disant 'demande de pardon', il fallait vraiment qu'elle ait cette sensation d'appartenir à une catégorie de personnes SI SPÉCIALE...( Si on est l'épouse d'un commissaire dans un pays tiers-mondiste, c'est tout de même une sacrée galère pour ceux ou celles qui oseront croiser leurs chemins!!)
Et ce qui m'étonne encore, c'est la sentence!!!
la vie d'un homme qui a été roué de coup, ne vaut pas plus de 10 ans, à ce qu'il parait !!
Dernière modification le 26/06/2012 19:16
Facebook