News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion

Les primes de Mezouar étaient légales : Le PJD s'excuse

La polémique sur les primes perçues par le précédent ministre des Finances, Salaheddine Mezouar, a connu, hier, un nouvel épisode : des excuses officielles du PJD au RNI. Si le ministre a bien touché des primes considérables, lors de son passage au ministère, celles ci étaient totalement légales.

Le précédent ministre des finances n'a pas fraudé pour obtenir 40 000DH de primes mensuelles

La séance des questions orales au parlement, lundi 18 juin, a été marquée par les excuses officielles présentées par le groupe parlementaire du PJD au RNI. Le vice-président de la Chambre des représentants, Mohamed Yatim, également du parti de la Lampe (PJD), a été contraint de lire un communiqué dans lequel les islamistes demandent aux RNIstes de tourner la page. A l’origine de cette brouille, les accusations, retransmises lundi 11 juin en direct sur Al Oula, du député PJDiste, Abdelaziz Aftati à l’encontre de l’ancien ministre des Finances, Salaheddine Mezouar, l’actuel président du RNI (opposition) de toucher « sous la table » des primes mensuelles estimées à 400 milles dirhams. Si l'existences de ces primes n'est pas remise en cause, puisque M. Mezouar a reconnu avoir perçu 80 000 dirhams, leur légalité a été, depuis, reconnue par les députés du PJD. Elles touchent même l'ensemble du ministère et du gouvernement.

Les députés du RNI, on s’en souvient, quittaient immédiatement l’hémicycle en signe de désapprobation. Solidaires, les parlementaires du PAM leurs emboîtaient le pas. Ils ont fait des excuses du PJD une condition sina qua non à la reprise de leur participation aux travaux des questions orales dans les deux Chambres du parlement.

 Une fois la lecture du communiqué terminée, le président du Groupe socialiste, Ahmed Zaidi, a pris la parole pour annoncer que cette « réconciliation » est faite sans aucune concertation avec les autres groupes parlementaires. En effet, seuls les premiers concernés, les PJDistes et les RNIstes, ont pris part à une réunion avec le président de la Chambre consacrée à cette question.

  Les reproches indirects de Benkirane à Aftati

 Ce revirement des islamistes intervient 48 heures après les reproches de Abdelilah Benkirane à certains membres de sa formation. Sans citer personne en particulier, il leurs a reprochés d'être les auteurs de déclarations gênantes. Le chef du gouvernement et secrétaire général du PJD a profité de la tenue de la session extraordinaire du conseil national de son parti, les 16 et 17 juin à Skhriate, pour demander à ses « frères » d’être vigilants avant de lancer des accusations à tort et à travers.

 Une allusion plus que transparente aux propos de Abdelaziz Aftati et de Abdellah Bouanou. Ce député de Meknès s’était targué de détenir une liste des walis et gouverneurs corrompus qu’il comptait publier. Auparavant, ce même député, en pleine polémique sur les cahiers de charges de l’audiovisuel, menaçait de descendre dans la rue si le gouvernement acceptait de revenir sur les cahiers qu'il avait rédigés.

 En dépit des reproches de Benkirane, l'attaque d'Aftati a eu le mérite de reléguer, médiatiquement, la hausse des prix des carburants au second plan. Une tactique qu'affectionnent, désormais, les députés du PJD. Pour mémoire, en pleine débat sur l'immunité que le gouvernement Benkirane voulait accorder aux militaires, ils avaient eu l'ingénieuse idée de rendre public une proposition de loi interdisant toute publicité des boissons à base d'alcool. Une manoeuvre de diversion.

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
Aucun problème de lecture
Auteur : ElChamali
Date : le 20 juin 2012 à 22h07
Merci pour ton aide, il est écrit "c'est légal et transparent".

Pour autant, je peux trouver "immoral" la situation d'un fonctionnaire payé en fixe 8000€ et en primes "mensuelles" 40.000€.

Son activité est certainement très méritante, mais il reste permis a certaines opinions (dont la mienne) de juger cette ponction sur l’impôt citoyen excessive.

Ces mêmes individus n'ont en parallèle aucun mal à justifier que le Smig "légal" du Maroc soit à moins de 200€.

Dans une société privé grand bien lui fasse.... mais au servie de la nation, il serait bon d’exercer principalement dans l’intérêt du pays, certes en étant rémunéré honnêtement, mais sans exiger des sommes d'argents exubérantes.
Dernière modification le 20/06/2012 22:10
QUE DIT L'ARTICLE
Auteur : Danouni
Date : le 20 juin 2012 à 20h07
L'article dit que c'est LÉGAL et TRANSPARENT

et que le PJD s'excuse de l'avoir accusé à tord de FRAUDE.

Pour ceux qui crient au sandale, je leur dit " Inquiétez vous plutôt de ce que certains marocains ne déclarent jamais au fisc marocain comme du travail au noir " car cet argent ne rentrera jamais dans les caisses de l'état.

Un ancien ministre ou président est bien bien + qu'un consultant.

Renseignez vous sur ce qui passe dans des Pays Occidentaux et vous verrez que 80 000 Dh ( soit 8 000 euros) pour PLUSIEURS ÉTUDES c'est rien surtout dans un Pays comme le Maroc où il n'y a pas d'allocations chômage pour les ministres et parlementaires.

Une étude ou en audit peut représenter des 100aines d'heures de Travail.

Tout travail mérite salaire.
la "LOI" du plus fort
Auteur : ElChamali
Date : le 20 juin 2012 à 20h02
C'est l'avantage des textes de loi, ils sont souvent très favorables à ceux qui les écrivent : )

Ne dit on pas que la limite a l'exploitation est la résistante à l'exploitation ? Car la "justice" a toujours été un concept trop flou pour suffire à créer un équilibre.
Du VOL Organisé !
Auteur : abdo447
Date : le 20 juin 2012 à 15h45
Je ne suis pas contre les PRIMES pour récompenser l'effort et le RÉSULTAT, Mais là dans le Cas
de Mr MEZOUAR je trouve ses PRIMES et leur MONTANT Vraiment Aberrants au Regard de l'état des finances du MAROC.
Cessez de faire de l'intox et rien d'autres .
Auteur : pouic2011
Date : le 20 juin 2012 à 15h33
Il ne faut quand même pas prendre des vessies pour des lanternes.
Un parlementaire n'est pas un consultant,recevoir une prime de 11000 euros pour étudier un dossier?????
De quel dossier,de DSK peut-être pour leurs frais de route et des indémnités de logement.
Cessons de faire l'avocat du diable car l'affaire de Monsieur l'ex Ministre de l'économie et apothicaire,s'octroyer les primes en signant les documents personnellemnt sans les faire passer au Parlement cela n'existe qu'au Maroc,Monarchie Bananière et nulle part ailleurs.
Le parlement est là pour quoi faire,pour que les représentants du peuple fassent leurs prières del 3assar et l Maghreb ensembles,salawat al jama3ae et parler pour ne rien dire????.C'est de la foutaise car le Maroc,c'est la caverne d'Ali Baba,celui qui attrape la grappe,il la dépouillera de ses grains.......et rien d'autres,pauvre peuple,endormi avec la nouvelle constitution bien constituée.
Dernière modification le 20/06/2012 15:38
Facebook