Larache : Bras de fer entre les habitants d'un douar et une entreprise espagnole

La tension sociale a élu domicile à un douar à Larache. Un conflit y oppose les habitants à une société espagnole, soutenue par le ministère de l’Intérieur, qui exploite 3000 hectares pour la culture du riz.

(illustration/DR)

Ce matin, un calme précaire prévaut dans le douar de Chlihate à Larache. « Les forces de l’ordre commencent à évacuer les lieux et les habitants regagnent, peu à peu, leurs maisons », indique Fathia Yaâcoubi, président de la section locale de l’AMDH. Ce retour à la « normale » intervient après plusieurs jours de tensions. A l’origine, un différend entre les résidents du douar Chlihates et une société espagnole qui loue, depuis dix ans, 3000 hectares des terres du Domaine appartenant à l’Etat, pour la culture du riz. La compagnie a décidé d'exploiter 180 mètres carrés d'un terrain qu'elle loue et qu'elle avait laissé, jusqu'au 14 mai dernier, à l'usage des habitants du douar.

« D’un commun accord, la compagnie avait laissé 180 mètres carrés de la totalité de la surface hors de toute exploitation : une parcelle qui la sépare du douar et qui profite aux troupeaux de moutons ou de vaches des habitants. En 2011 les résidents du douar et les responsables de la société espagnole ont convenu d’employer des jeunes, issus du douar, au sein de la compagnie et de continuer à garder les 180 m² sans culture », souligne la présidente de la section de l’AMDH à Larache, Mme Yaâcoubi. L'accord a volé en éclat. « Le jeudi 14 mai, l’entreprise espagnole révise sa position initiale et commence à exploiter les 180 m². Ces tracteurs investissent cette surface sous la protection d’éléments des forces auxiliaires, ce qui a déclenché l’ire des habitants », précise Mme Yaâcoubi.

Le ministère de l’Intérieur défend la société espagnole

La décision a provoqué la colère des habitants et de très fortes tensions « marquées notamment par de violents affrontements le vendredi et le samedi, ayant contraint des familles à quitter leurs habitations pour se réfugier dans la forêt ou dans la ville de Larache. Des blessés, il y en a et dans les deux camps. Nous avons relevés, deux cas parmi les éléments des forces auxiliaires. Quant aux manifestants, il est difficile de donner un chiffre exact, sachant que, par crainte d’être arrêtés, ils évitent de se rendre à l’hôpital ou chez des médecins privés », explique Mme Yaâcoubi.  La même attitude a été observée à Khouribga, Imzouren ou encoure Béni Bouayache.

Le ministère de l’Intérieur ne s’est pas contenté de l’envoi d’éléments des forces de l’ordre pour mettre un terme à la contestation des habitants, il a tenu, dans un communiqué publié le dimanche, à condamner ce qu’il qualifie d’« actes de violences auxquels se sont livrés certains manifestants à l’encontre des forces de l’ordre qui assuraient le déroulement normal de l’opération de labour pour la plantation de riz dans la province de Larache ». Et de préciser qu' « aucune entrave à la liberté de travail et de circulation ne sera tolérée et que les autorités publiques veilleront à la stricte application de la loi et en sanctionneront toute violation. »

En relation avec ces incidents, quatre habitants de Chlihate ont été arrêtés. Le samedi, ils ont été présenté devant un juge, leur procès est prévu demain au tribunal de première instance de Larache.

Suivre Yabiladi
Je n'arrive pas comprendre ces sauvages !!!!
Auteur : Kenzadalil
Date : le 22 juin 2012 à 19h35
qui se plaignent de ces rizières, un coup parce que les moustiques les dérangent .. Un coup parce qu'ils ont affaire aux forces de l'ordre .. un coup ceci un coup cela etc .. Certains d'entre eux se sont même "maquillés" en victimes avec des pansements etc... pour se faire filmer par France 24 !! Ils ont même accusé les forces de l'ordre d'avoir brûlé une vache alors qu'ils ont mis le feu eux-mêmes .. Un ami de passage m'a raconté toutes les manigances de ces faux culs !! Une grande majorité d'entre eux ont été employé dans ces rizières etc .. plus faux culs que ces minables .. tu crèves !!!!
La culture de riz ...
Auteur : Kenzadalil
Date : le 22 juin 2012 à 19h21

rapporte énormément ! Jusqu'à QUAND allons-nous devoir importer ailleurs ??? Savez-vous au moins combien de tonnes de riz sont importées par an !!! Faut arrêter de faire la fine bouche !!!


La décadence!
Auteur : Le vrai de vrai
Date : le 19 juin 2012 à 17h20
Si le Maroc commence à céder ses terres aux multinationales, c'est vraiment la décadence, la ruine du pays de faire ça! mais qui a été le responsable pour signer un tel accord avec des sociétés voyous, au détriment des citoyens et du pays?
Ces multinationales produisent dans les pays sous développés, en puisant de leurs eaux, elles utilisent des insecticides dangereux pour les nappes phréatiques, elles exploitent les ouvriers, souvent sans protections et mal-payés ils leur causent des maladies cancérigènes, elles dégradent entièrement le paysage, avec le risque de désertification totale de toute une région, et la faillite de tous ses agriculteurs qui comptent par dizaines de milliers. .
Et et pire, c'est que toutes leurs récoltes partent à l'étranger, pendant qu'on importe nos céréales avec de la monnaie forte!
La preuve que ces sociétés multinationales agroalimentaires sont des profiteurs est qu'elles ont déjà commencés à ne pas respecter leurs engagements dès le départ, en refusant de céder 180m2 aux villageois utiles pour leurs bétails, une promesse non-tenue!
Comment ça va être le futur de cette région après leurs installations?
Il n y a pas d'entrepreneurs marocains qui peuvent cultiver chez eux? C'est incroyable mais vrai d'aller chercher des condestadors,, des Yankees ou des jaunes ailleurs pour faire ce qu'on peut faire mieux qu'eux!
J'espère que les citoyens se réveillent au plus vite, et qu'il boycottent ces sociétés agroalimentaires qui viennent s'installer au Maroc avec l'aide des corrompus de hauts niveaux.
Et j'espère aussi, que le juge sera clément avec les manifestants et leur donne gain de cause pour leurs combats à la survie du Maroc, et des marocains, y compris les autorités.

Ps; Ces multinationales ont crées la famine, la désertification, la faillite des cultivateurs, les maladies cancérigènes dans le Sahel, en Afrique de l'Est, en Afrique Australe, et en Amérique latine.
Leurs présences en Europe a crée des faillites à presque tous les petits agriculteurs

Réveillons-nous!
Dernière modification le 19/06/2012 17:30
bonne culture plutôt
Auteur : virtua1
Date : le 18 juin 2012 à 22h29
Ce n'est pas l'eau de pluie qui est utilisée mais celle des oueds qui pour la plupart se déversent dans l'océan.Cette eau est facturée au prix fort aux riziculteurs et elle est retenue à la source.La culture du riz rapporte énormément d'argent aux agriculteurs mais le problème réside dans ces flots de moustiques qui se propagent dès la nuit.
maroc + riz = encore plus de secheresse....
Auteur : ali.news
Date : le 18 juin 2012 à 21h50
le riz est une culture très gourmande en eau... cultiver du riz sur le sol marocain c'est mettre l'agriculture marocaine en danger... de même pour la culture de la banane, de l'avocat et du kiwi...
Facebook