News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Affaire Mezouar : Benkirane réclame les détails de l'enquête

Après la révélation avant-hier par le journal arabophone Akhbar El Youm du versement occulte de primes entre l’ex-ministre de l’Economie et des Finances, Salaheddine Mezouar, et le Trésorier Général, Noureddine Bensouda, c’était aujourd’hui au tour du Premier Ministre, Abdelilah Benkirane, de s’exprimer sur le sujet. Entre surprise et étonnement, le chef du gouvernement a partagé son incrédulité face à cette affaire et demandé à ce que les détails de l’enquête lui soient transmis.  

Un des documents officiels relatant le dépôt d''une prime de 197 316 dirhams au profit de Bensouda et paraphée par Mezouar

Mercredi 13 Juin, le journal arabophone, Akhbar El Youm jetait un véritable pavé dans la mare en publiant 3 documents officiels censés être confidentiels révélant au grand jour les primes que se seraient mutuellement accordés Salaheddine Mezouar, le ministre de l’Economie et des Finances de l’époque et Noureddine Bensouda, trésorier général du Maroc, en 2010. Si depuis, les deux principaux accusés avaient rejeté en bloc ces accusations et les membres de leur parti, le RNI, refusé de s’exprimer sur le sujet, le Premier Ministre, Abdelilah Benkirane, lui n’a pas eu besoin de plusieurs tours de chauffe pour s’épancher sur l’affaire.

Benkirane: « Les responsables de cette affaire doivent assumer leurs responsabilités »

« Les responsables de cette affaire doivent assumer la responsabilité de leur choix » a-t-il déclaré au quotidien arabophone, rajoutant par ailleurs, comme pour mieux enfoncer le clou, « je ne prendrai pas de prime et ne me cacherais de personne si je veux prendre quelque chose ». Par cette remarque, le premier ministre se faisait l’écho des propos tenus par Salaheddine Mezouar dans la presse quelques jours plus tôt quand il avait laissé entendre que la pratique des « enveloppes glissées sous la table » était courante puisque « l’octroi des primes s’appuie sur des textes légaux. Tous les ministres des Finances les ont eues ». Ce à quoi M. Benkirane lui répond aujourd’hui du tac-au-tac,: « si c’est courant, dans ce cas, pourquoi les gens ne sont-ils pas au courant ? »

A commencer par lui d’ailleurs. Le Premier ministre a ainsi révélé à Akhbar El Youm qu’il avait découvert la nouvelle dans la presse, à l’image du reste de la population marocaine.  Il a également fait savoir au quotidien qu’il avait demandé à ce que les détails de l’enquête lui soient transmis, notamment concernant le montant exact des primes perçues par les deux accusés. Pour rappel, cela fait trois mois qu’une enquête de fond est menée par la Cour des comptes et son président, Ahmed El Midaoui, pour faire la lumière sur la gestion des états financiers du gouvernement d’Abbass El Fassi.

La riposte des accusés : entre démenti et omerta

Bien entendu, face aux attaques de Benkirane, les deux incriminés ne restent pas de marbre et ripostent. Pour Salaheddine Mezouar, qui s’exprimait ce matin sur Radio plus : « ces accusations ne sont que des calomnies ». D’ailleurs, l’ex-ministre de l’Economie précise que contrairement à ce qu’avance Aftani – le député PJDiste qui avait été le premier a porté ses accusations de malversations, le montant des primes ne serait pas de 400 000 dirhams mais de 80 000 dirhams.

Du côté d’Ahmed Bensouda, le deuxième impliqué potentiel dans ce jeu circulaire de « je te donne, tu me donnes », la stratégie choisie est différente, plus en repli, le quidam ayant simplement opté pour l’omerta. Dans l’édition du journal El Masae d’aujourd’hui, le Trésorier du royaume déclare en effet ne pas vouloir s’exprimer sur le sujet, se permettant néanmoins quelques furtifs commentaires tels que « je ne suis qu’un simple exécutant » ou encore, « je ne faisais qu’obéir aux ordres de mon supérieur » (en l’occurrence, Salaheddine Mezouar).  

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
y'a le choix
Auteur : Marssula
Date : le 16 juin 2012 à 13h12
Dans les péchés de l'Islam :
22- La fraude, devant le trésor public ou avec les biens des aumônes
23- Le vol
24- Le banditisme de grand chemin, le gangstérisme
25- Le faux serment
26- L'injustice en général, le fait de ne pas suivre la charia (les lois de l'islam)
28- L'acquisition de biens par des moyens illicites : faux serment, vol, escroquerie, jeu de hasard.
30- Le mensonge
32- Le pot-de-vin
Donnant-donnant
Auteur : jamal58
Date : le 16 juin 2012 à 12h18
Ils partagent entre eux! Je te donne tu me donnes & puis tu me donnes je te donne! Un cycle tournant d'escroquerie légale à l'insu du pauvre marocain qui attendais toujours qu'on lui donne sans jamais avoir reçu de dons sauf les coups durs.
لعنة الله عليكم يا أولاد الحرام ويا من نهب أموال المغاربة الضعفاء. لا سامحكم الشعب المغربي أمام الله.
وهذا تأكيد على اتجاهكم للمعارضة الحالية كَيْ تُدافعون على قوانين النهب الذي ألِفْتُمُوه و لِكي تُسَاوِمُوا الحكومة الحالية، والشريفة في نظر المغاربة الشرفاء، حتى تَغُضَّ النظر عَمّا نهبتموه.
لكن الحمد لله أن لذينا مَلِك حكيم ورئيس حكومة نظيف، حيث لَمْ يتركوكم دون حِسَاب ولَنْ يَفْتَحوا لكم ولأمثالكم مجال لِنَهْب أموال المغاربة، كما تَعَهَّدُوا .
la liberté d'éxpression
Auteur : momo12369
Date : le 16 juin 2012 à 10h54
la liberté d'expression permet de mettre sur la voie publique des pratiques mafieuses, c'est pour cela qu'elle est combattu
par les gouvernements totalitaires, ce qui leurs permet de s'adonner à leur pratiques mafieuses,un pays ou la liberté d'expression n'existe pas est souvent un pays totalitaire. vive la liberté d’expression et donc de la presse.
Voleurs!! الشفارة
Auteur : aswatfree
Date : le 16 juin 2012 à 10h00
ceux qui ont volés le pain des Marocains commencent à tomber un aprés l'autre....
إن الله يُمهل ولا يُهمل
Affaire Mezouar
Auteur : akhs
Date : le 16 juin 2012 à 08h08
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
حاميها حراميها
Facebook