Rapport HCP : 123 000 enfants âgés de 7 à 15 ans travaillent au Maroc

Demain 12 juin, c’est la Journée mondiale contre le travail des enfants. Et à cette occasion, le Haut Commissariat au Plan (HCP) publie un rapport présentant les chiffres récents sur les enfants travaillant au Maroc. Un document qui évalue également les progrès réalisés par le pays depuis 1999.

Un enfant marocain travaillant dans le secteur de la pêche

Le rapport publié sur le site du HCP révèle que le travail des enfants concerne plus de 98.122 ménages au Maroc, soit 1,5% de l'ensemble des ménages du pays. Le point extrêmement positif à retenir dans ce document est que le travail des enfants diminue d’année en année. En 2011, 123 000 enfants âgés de 7 à 15 ans travaillaient. Ce qui représente 2.5% de l’ensemble des enfants de cette tranche d’âge, alors qu’en 1999 près de 10% des enfants de cette tranche d’âge travaillaient, soit 517 000 enfants. En l’espace de 12 ans, 394 000 enfants ont arrêté de travailler. Néanmoins, le rapport ne précise pas comment ces centaines de milliers d'enfants ont arrêté de travailler et ce qu'ils sont devenus et s'ils sont allés à l'école. 

Campagne ou ville

Ce n'est pas une surprise. C’est dans les campagnes que les enfants travaillent le plus. Ils sont encore 113 000 enfants à y travailler contre 10 000 dans les villes. Le secteur qui emploie le plus d’enfant est celui de l’agriculture et de la pêche. 94% des enfants sondés travaillent dans ce secteur. Par contre dans les villes, ce sont les services qui en recrutent le plus avec plus de 54%. Vient ensuite l’industrie et l’artisanat avec 26.5%.

Dans les villes, près de la moitié des enfants y travaillant  sont des apprentis, plus de 26% sont des aides familiales. Au niveau du sexe, les garçons travaillent beaucoup plus que les filles. 6 enfants sur 10 sont des garçons à travailler.

Scolarité

Le rapport souligne également si ces enfants qui travaillent vont à l’école. 25% des enfants sondés travaillent et sont scolarisés. 54% ont dû quitter l’école et plus de 21% n’ont jamais mis un pied dans une classe. Pourquoi ces enfants ne vont-ils pas à l’école ? La première raison est le manque d’intérêt pour aller à l’école pour 37.3% d’entre eux. Ensuite, le manque d’argent pour acheter des livres et payer les frais de scolarité est pour près de 20% de ces enfants la seconde raison pour ne pas se rendre à l’école. Troisième raison : l’école est trop loin pour plus de 16% des enfants. Enfin, pour 10% d’enfants, ils ne vont pas à l’école car ils doivent aider leur famille à travailler.

Suivre Yabiladi
2 commentaires
Madame La Ministre de la Famille et de la Solidarité où êtes-vous?????
Auteur : Chibani2
Date : le 12 juin 2012 à 06h13

Votre gouvernement a eû le courage de publier la liste des personalités avantagées en possession des grimats,terrains,pêche etc...en oubliant que ces mêmes personalités exploitent des jeunes et les séquestrent pour des tâches ménagères et autres dans leurs luxueux Riads et demeures.
L'explotation enfantine continue dans notre pays et la loi de l'Omerta est d'application dans cette classe féodale.
Ils est temps que les langues se délient Madame la Ministre et pas question de faire de la délation,ni fermer les yeux sur ces cas qui nous font mal : exploiter un enfant et malheur a celui qui lui fait mal......
Dernière modification le 12/06/2012 06:15
instituteurs absents
Auteur : nana38
Date : le 11 juin 2012 à 20h49
je ne suis pas du tout d'accord avec le dernier paragraphe.

Dans les campagnes, le premiers problèmes c'est les instituteurs qui vont toucher leur mandats (=salaires au maroc) sans aller faire cours.

Pour tout ces jeunes instit, c'est insultant de leur demander d'enseigner làbas.

Des fois l'instit y va de tps en tps, mais est le premier à prendre ces vacances.

Tout mes petits cousins me le disent, l'école est loin, ils marchent pour rien car ne sont jamais prévenus.
Les enfants des campagnes aiment l'école.
Plutôt que ne rien faire ils travaillent

L'argent que touchent les instit pour rien est elle vraiment hallal?
Facebook