Maroc : L'urbanisation tous azimuts mise en cause dans les accidents mortels

Alors que se tient en ce moment à Marrakech le 12ème congrès mondial de Prévention Routière Internationale (PRI), le Comité National de Prévention des Accidents de la Circulation (CNPAC) en profite pour tirer la sonnette d’alarme : en 2011, les accidents de la route ont encore provoqué la mort de quelques 4000 personnes au Maroc. En cause notamment : la forte urbanisation que connait le pays. 

Le manque d'harmonisation de l'espace routier explique l'importance des accidents de la circulation mortels au Maroc

4066. Ou le nombre de Marocains tués sur la route en 2011. 4066. Soit 12 marocains morts en moyenne par jour sur les routes marocaines l’année dernière. 4066. Soit 11 milliards de dirhams qui ont volé en éclat en même temps que la vie de ces hommes et femmes, partie en fumée.

Ce chiffre à donner des sueurs froides dans le dos rappelle une chose : que le Maroc, qui peut se gargariser de progresser dans les nombreux classements publiés par la Banque Mondiale, les Nations Unies, ou autres institutions internationales férues de benchmarking, en oublie presque celui sur lequel, d’années en années, il voudrait, mais n’arrive pas, à faire marche arrière : le classement du nombre de décès liés aux accidents de la route.

Et pour cause, le pays se positionne à la  45ème place (sur 182) au classement des pays ayant les routes les plus meurtrières au monde: ainsi, sur 10 000 Marocains, 28,3 meurent en moyenne d’un accident de la route chaque année. Or, la moyenne mondiale ne s’élève qu’à 20,8 morts en moyenne pour 10 000 habitants. 

L'urbanisation tous azimuts: facteurs d'aggravation des accidents de la circulation

De l’avis de nombreux experts, parmi lesquels ceux réunis en ce moment même au douzième congrès mondial de la Prévention Routière Internationale (PRI) à Marrakech, la forte urbanisation que connait le Maroc est étroitement corrélée à la hausse significative du nombre d’accidents mortels sur route enregistré par le pays ces dernières années. En effet, la construction tous azimuts qui anarchise le plan des villes du royaume se traduit par une congestion importante du milieu urbain et par un manque d’harmonisation de l’espace routier. A cela s’ajoute la signalisation inadaptée, ou l’aménagement non conforme, autant d’anomalies qui expliquent pourquoi les accidents de circulation sont aussi nombreux dans les villes marocaines.

Pour M. Azzedine Chraïbi, secrétaire permanent du CNPAC, la solution au problème de la mortalité routière au Maroc réside donc essentiellement dans une meilleure gestion de la mobilité et de la régulation du trafic urbains ; ainsi dit-il, « nous pourrons réduire le nombre de morts de 2000 par an », soit de plus de 50%.  Les chiffres avancées par M. Chraïbi n'ont rien d'exagéré. Selon le rapport du PRI, 80% des accidents mortels dans le monde toucheraient les plus vulnérables (deux roues et piétons). Le Maroc et son développement urbain anarchique ne font évidemment pas exception à la règle. 

Suivre Yabiladi
commençons déjà par ça
Auteur : wikette
Date : le 11 juin 2012 à 10h15
Quand les lignes continues en plein virages seront respectées par les taxis et poids lourds.
Quand les automobilistes apprendront à respecter les STOP.
Quand les conducteurs arrêterons de Klaxoner aux feux rouges (à croire que le Klaxon est l'option la plus importante dans une voiture au Maroc).
Quand les ânes, les moutons, les chiens ou encore les humains arrêteront de traverser les autoroutes par surprise.
Quand la Gendarmerie cessera de sortir des buissons en pleine autoroute pour se jeter sur les voiture afin de les arrêter pour des excès de vitesse inimaginaires sans preuve.
Quand il y aura une logique dans le code de la route concernant la priorité dans un Rond-point qui dépend de son emplacement s'il est en ville ou à la campagne (je n'ai toujours pas compris après maintes explications).
Quand on ne trouvera plus en bonus les permis de conduire dans les boîtes de TIDE ou OMO (une amie algérienne de Paris a râté son permis 5x en France mais du 1er coup au Maroc avec quelques euros! Elle ne sait toujours pas conduire...).

Quand tout cela sera réglé, on pourra alors revoir à la baisse le taux des accidents mortels au Maroc!
oui pento
Auteur : HMIMID69
Date : le 10 juin 2012 à 23h42
Oui Mer. c'est déjà arrivé , les flics ne font plus confiance aux corrumpeurs qui les ont filmé pendant l'action et montrés sur internet, tu n'a pas vu les vidéos?
Dernière modification le 10/06/2012 23:46
accord avec haj54
Auteur : omar4
Date : le 09 juin 2012 à 14h29
Quand les examens du permis ne seront plus vendus à 3000 dh. Quand on aura appris à la police et à la gendarmerie le code de la route et a en appliquer les règles. Quand les automobilistes se respecteront Quand, comme dit haj54 la faute ne sera pas toujours à l'autre. Quand les chauffeurs de poids lourds et de taxis arrêteronr de prendre les autres conducteurs pour des imbéciles alors qu'ils sont les premiers à ne pas respecter le code. Quand les pouvoirs publics se pencheront sur la prévention au lieu de la répression qui ne profite qu'à quelques uns.Peut-être y aura -t-il moins de morts sur les routes.
t'appel sa des motards?
Auteur : baker67
Date : le 09 juin 2012 à 11h32
ils roulent en routiere (125)...loin des cliché en europe ou sa roule en BMW...et en plus ces motard du maroc vous accusent d avoir franchit un feu rouge en esperant gagner du cash sur votre dos....sa ne marche plus
..
Auteur : d0x
Date : le 09 juin 2012 à 03h05
j'ai remarqué que les motards de la police sont dur à corrompre, une question de salaire ?
Dernière modification le 09/06/2012 03:08
Facebook