En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Hausse des carburants au Maroc : L’Algérie craint l’augmentation de la contrebande

Depuis l’annonce la semaine dernière de l’augmentation des prix de l’essence et du gasoil au Maroc (cf notre article), l’Algérie s’est retrouvée dans une bien mauvaise posture. Elle craint, avec cette hausse que la contrebande s’intensifie au niveau de sa frontière avec le Maroc.

La hausse des carburants au Maroc n’inquiètent pas seulement les citoyens, les syndicats et les professionnels marocains, mais également les autorités algériennes. Elles craignent de voir se développer encore plus la contrebande des carburants au niveau de sa frontière avec le Maroc, où des jeunes algériens acheminent quotidiennement du carburant vers le royaume, rapporte Libération dans son édition d’aujourd’hui 7 juin. Une contrebande qui coûte cher à l’économie algérienne, jusqu’à 400 millions de dirhams par mois, précise le journal.

Chômage et éloignement

La région marocaine qui va le plus profiter de cette contrebande est l’Oriental. Dans un rapport émanant de la chambre de Commerce, d’industries et de Service d’Oujda, datant de 2004, le document explique que la contrebande des carburants dans la région de l’Oriental est causée par 3 raisons essentiellement : l’importance du taux de chômage dans la population active, l’immense écart entre les prix des produits étrangers et les produits nationaux similaires, mais également à cause de l’éloignement de la Région Orientale par rapport aux marchés nationaux en particulier de Casablanca. Ce qui entraîne la hausse des coûts de transport qui se répercutent sur les prix des marchandises.

Une organisation de fourmi

Du côté algérien, les réseaux de contrebande sont parfaitement organisés et chaque personne y prenant part à un rôle précis et déterminé. Cela va « de l’achat des carburants dans les stations-service par les «hallabas»  (c’est-à-dire ceux qui traient les pompes), aux «haddayas» (les guetteurs) en passant par  les «chauves-souris» (les contrebandiers) et les conducteurs des «mouquatilate» (voitures béliers qui foncent vers les barrages des brigades mobiles et ne craignent pas les tirs de ces dernières). », précise le quotidien marocain. Et ce trafic illicite rapporte à ces jeunes Algériens. Cela peut aller de 300 à 345 dirhams par personne et par jour. Un commerce tellement juteux que certains jeunes algériens passent le permis poids lourd pour participer à cette contrebande et transporter dans leur véhicule d’importantes quantités de carburant.

Depuis l’annonce de la hausse des prix de l’essence et du gasoil au Maroc, en fin de semaine dernière, la contrebande de carburant se serait même instantanément accrue. D’après l’agence de presse algérienne APS, les douaniers algériens ont saisi à ce moment là, 1500 litres de carburant destinés à la contrebande lors de deux opérations différentes au niveau de la zone frontalière de Tindouf. Les conducteurs des 2 véhicules qui transportaient cette quantité de carburant se sont fait arrêtés pour trafic illégal de carburant et ont écopé respectivement d’une amende de 230.000 dirhams et de 115.000 dirhams.

En 2011, d’après les chiffres des autorités algériennes, un million de litres de carburant ont été saisis à la frontière algéro-marocaine. Avec la hausse des prix des carburants au Maroc, cette quantité pourrait bien s'accroître encore plus.

Suivre Yabiladi
Rapport Alger Rabat
Auteur : Winakh_Tinakh
Date : le 08 juin 2012 à 19h59
LA CONTREBANDE AU NORD ET A L'ORIENT N'EST PAS UNE CHOSE NOUVELLE. VOICI UN CAS CONCRET, D'OPPORTUNITE RATEE ENTRE ALGER ET RABAT. AH SI SEULEMENT IL Y AVAIT UN LIBRE ECHANGE ENTRE dzayr ET moughrib. CELA DIT, LA CONTREBANDE EN GENERAL VEUT DIRE CONTROLE DE TERRITOIRE UTILISANT GANGS ET BANDIERS.
SURTOUT QUAND IL S'AGIT D'UN PRODUIT FLAMMABLE. UNE LUMETTE EST QUE LE SPECTACLE COMMENCE. UN AUTRE PHENOMENE QUI VERRA LE JOUR EST LE SIPHONAGE DES RESERVOIRS DES POINDS LOURDS ET MEME DES STATIONS D'ESSENCE. POUR PROTEGER LEUR BIEN LES TRANSPORTEURS AURONT RECOURS AUX METHODES DE SELF-DEFENSE, Y COMPRIS L'APPORT D'ARMES A FEU LEGALEMENT ET ILLEGAL (C'EST UNE AUTRE hrira). MAINTENIR L'ORDRE PUBLIC EXIGERA LE DEPLOYEMENT DES FORCES DE L'ORDRE. DE TEL DEPLOYEMENT COUTERA PLUS CHER PUISQUE LE COUT DU CARBURANT A AUGMENTE. UN AUTRE FACTEUR A CONSIDERE: LE MOIS SACRE DE RAMADAN OU L'ON (A) EXPERIENCE UNE AUGMENTATION DES PRIX DES PRODUITS ALIMENTAIRES QUE C'ETAIT LE GOUVERNEMENT DE MAATI OU ABDERAHIM BOUAABID, ELYOUSFI OU BENKIRANE.
QUE DIEU PROTEGE LABLADE-TAMAZIGHTE ET mabrouk laawashare.
Tout le monde trouve son compte
Auteur : bamouss
Date : le 08 juin 2012 à 17h45
Les bénéficiaires de ce trafic de carburant trouvent leur compte,y compris certains douaniers et gendarmes sur les routes de la mort des 2 côtés.
la camelotte
Auteur : temsamane58
Date : le 08 juin 2012 à 12h42
le carburant algérien est de mauvaise qualité. il peut servir pour l'irrigation dans les fermes et pour les anciennes mercedes 200 et 250 mais pas pour les voitures actuelles, surtout les HDI et les TDI.

Dernière modification le 08/06/2012 12:43
qui gagnent ? . . .
Auteur : allaoui38
Date : le 08 juin 2012 à 11h19
l’état Marocain est perdant , ceux qui pratiquent ce commerce illégale sont les seuls gagnants des deux cotés : algériens et marocains . ...
Dernière modification le 08/06/2012 11:19
tout a fait d'accord
Auteur : TheCondor
Date : le 08 juin 2012 à 03h55
wa aleikoum Assalam Kamil2011,

exactement mon ami, tout ce qui est bien pour les 2 côtés on le soutiens surtout qu'on sait très bien que le nord-est du Maroc a beaucoup souffert dans l'époque de Hassan 2, le nom de cette région était : le Maroc oublié (Al Maghrib Al Mansi)
Facebook