News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion

Maroc : La caisse de compensation profite aux riches

La caisse de compensation ne profite pas aux pauvres. 95%,1 des aides aux sucres, 96,1% à la farine et 94,8% aux produits pétroliers bénéficient aux opérateurs industriels dans les trois filières.

La Caisse de compensation est depuis un certain temps est à la une de l’actualité. Les hausses des prix des carburants du 1er juin ont nettement contribué à la maintenir en pôle position. Le chef du gouvernement, Abdelilah Benkirane, crie haut et fort, sa volonté de réformer cette caisse. Comme ses prédécesseurs à la primature, il promet d’opérer un changement radical dans le système des subventions afin qu’il profite réellement aux pauvres. En attendant la concrétisation de ces promesses, ce système bénéficie principalement à trois filières : celles de la farine de blé tendre, du sucre et des produits pétroliers. En 2011, le montant global des subventions a atteint 51,8 milliards de dh en 2011, l’équivalent de 2 points du PIB au cours de la même année.

La filière du sucre

Au Maroc l’industrie du sucre est sous un monopole de fait de la part de COSUMAR (Compagnie sucrière marocaine). En 2005, cette filiale de la SNI/ONA, assoit son emprise sur le marché en achetant quatre sucrières concurrentes. « En 2011, le montant des subventions de la caisse de compensation a atteint 1,23 milliard de dh », souligne une étude du Conseil de la concurrence.

Seul 4,9% de ces aides bénéficient aux couches défavorisées, le reste, 95,1%, profite, dans sa grande majorité au seul opérateur industriel du sucre et quelques compagnies des boissons gazeuses (principalement Coca Cola qui détient presque 95% des parts du marché) et aux biscuitiers et confiseurs marocains. En 2009, le gouvernement Abbas El Fassi a finalement cédé aux pressions de ces deux industries en leur accordant 70 millions de dh par an d’aides de la caisse de compensation.

La filière pétrolière

L’étude du conseil de la concurrence révèle que  83,6% (31 milliards de dh) des aides de la caisse de compensation sont destinées aux produits pétroliers : essence, gasoil, fuel et le gaz butane. La hausse des prix du pétrole sur le marché mondial a nettement contribué à cette aggravation des subventions.

Comme pour le sucre, cette filière est exclusivement sous le monopole de la SAMIR (depuis 1990, cette compagnie, autrefois publique, est détenue par la firme saoudienne Corral). Quant au secteur de la distribution, il est ouvert à la concurrence, 13 sociétés pour le pétrole et 14 pour le gaz.  Selon la même étude du conseil de la concurrence, ces aides ne profitent nullement aux pauvres, précisant que 98,1% des non pauvres bénéficient des aides allouées à l’essence, gasoil et fuel. Un pourcentage revu à la baisse dans le cas du gaz butane avec 94,8%.  

Concernant, la récente hausse des prix des carburants, le chef du gouvernement a soutenu, hier devant les deux chaines officielles, qu’elle va économiser à l’Etat plus de 5 milliards de dh. C’est  exactement le montant que dédie annuellement  la caisse de compensation aux achats de l’ONE (Office national de l'électricité) en fuel industriel.

La filière de la farine

Là aussi point de dérogation. Les subventions de la caisse de compensations ne bénéficient pas aux couches défavorisées. 96,1% des aides de l’Etat contribuent à l’amélioration des chiffres d’affaires des opérateurs dans ce secteur. Il s’avère que le pauvre ne reçoit, annuellement, que 45,7 dh d’aides pour ses achats de la farine contre 112,4 aux non-pauvres.  Durant les trois dernières années, le volume de ces aides a atteint environ 3,5 milliards de dh. Un chiffre bien en deçà par rapport à ceux  alloués aux deux autres filières.

Piste de réforme de la caisse

Il y a unanimité sur la réforme de la caisse de compensation. Reste à savoir, si l’équipe Benkirane en aura le courage pour mettre en exécution ses promesses ? En attendant de voir plus clair dans les prochaines semaines. Le conseil de concurrence, sur ce sujet, a montré qu’il a une longueur d’avance sur le gouvernement.

La généralisation du RAMED du ministère de la Santé concerne plus de huit millions de Marocains pauvres. Partant de ce chiffre, le Conseil de la concurrence propose une libéralisation totale des prix accompagnée d'une redistribution des aides directement à cette catégorie de la population via des allocations mensuelles entre 500 et 600 dh par personne et par mois. Une somme bien inférieure au 51 milliards de dh injectée, en 2011, dans la caisse de compensation.

Suivre Yabiladi
...
Auteur : d0x
Date : le 09 juin 2012 à 01h41
la marge de l'one et la samir est faible en déficit meme depuis quelques années deja... les dépenses de la caisse profitent aux classes "moyennes", puis les "riches" et les entreprises enfin la catégorie fragile..
Dernière modification le 09/06/2012 01:42
un conseil
Auteur : temsamane58
Date : le 08 juin 2012 à 13h09
un conseil mon ami. parle de sport ou de n'importe quoi, mais laisse l'économie et la politique. ça va t'éviter de te ridiculiser.


5000 DHS par mois ?
Auteur : berhoc
Date : le 08 juin 2012 à 10h05
Arrêter de vous pencher sur les intentions, "Si X avait vraiment envie...", On évalue les actes et pas les intentions, ce n'est pas productif et ça n'avance en rien !

SMIG à 5000 DHS ? de quelle économie vous parlez ?
Dans quelle conjoncture sommes nous actuellement ?

avez vous fait une analyse avant d'avancer ce chiffre farfelu de 5000 Dhs ?

Donnez moi juste une analyse justifiant ces 5000 Dhs et ne me dites pas car il y a des voleurs et des corrompus ! Car je sais que nous avons des corrompus et qui résistent mais au point de justifier un salaires de 5000 DHS par mois ce n'est pas possible !

Si vous comptez lier un SMIG de 5000 DHS au Maroc à votre évaluation de ce gouvernement, je vous le dis dès maintenant, allez faire du syndicalisme à Madagascar car même les syndicats du Maroc ont accepté 2333 Dhs (chose qui a été négocié l'année dernière), le PJD a promis 3000 DHS / mois dans sa campagne électorale !

Je ne suis pas en train de défendre notre gouvernement actuel, je trouve certes de l'engagement de sa part et j'attends des actes, mais des fois j'avoue que certaines critiques nécessitent vraiment critique !


Dernière modification le 08/06/2012 10:09
Vous avez vécu 60 ans sans relever la tête et en faisant des courbettes à un chien en képi....
Auteur : pouic2011
Date : le 08 juin 2012 à 07h28


Alors Monsieur Benkirane n'a pas une baguette magique pour faire toutes vos doléances .....Donnez le temps au temps....
A Don Camillo
Auteur : ain chock
Date : le 07 juin 2012 à 23h19
Si M Benkirane avait vraiment envie de faire avancer ce pays dans le progrés et la dignité il aurait fallu dés son élection : proposer au Roi un réel changement (ex. jubilé de la Reine d'Angleterre : gourverner a deux . Printemps arabe : opportunité de porter de nouvelles idées . ...) mais il a fait la courbette. Il aurait fallu donner un "RMI' de 2000 dhs/mensuel a 10 M de pauvres, augmenter le SMIG a 5000 dhs ( car les fonctionnaires ont eu cette augmentation mais toujours corrompus). Cela:
-contribuera a plus de clarté dans notre économie : mettre un numéro fiscale, un numéro de sécurité sociale,...
-éléminera automatiquement le secteur informel, la mendicité, les trafics en tout genre(application de la loi). Et notre économie sera plus compétitif et attirera réellement des investisseurs : respect des normes internationaux
Mais ils vont dire c'est un fou car on veut préservé ces petits privilèges ....
Facebook