Menu
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

Du tape-à-l’œil pour tromper l’œil : l’image de Mawazine et la réalité du Maroc [Billet d'humeur]

La 11ème édition du festival  Mawazine, Rythmes du Monde, a pris fin le week-end dernier au terme d'un marathon musical de neuf jours durant lesquels se sont succédées de nombreuses têtes d’affiches internationales. Bien qu'il ait été une nouvelle fois couronné de succès, le festival n'en a pas moins été entaché par le contexte dans lequel il prenait place cette année. La presse internationale n'a en effet pas manqué de relever la contradiction fondamentale d'un Maroc qui, d'un côté, glorifie les artistes internationaux et de l'autre, musèle ses propres artistes nationaux, à l'instar d'El 7a9ed. Analyse.

Mawazine: festival de "l'ouverture et de la tolérance". Pour tous?

Rabat, 26 Mai 2012. La 11ème édition du festival Mawazine, Rythmes du Monde, prend fin avec le concert de Mariah Carey, après neuf jours de festivités musicales durant lesquelles se sont succédées de nombreuses têtes d’affiche internationales parmi lesquelles Magic System, LMFAO, Pitbull, Evanescence, Gloria Gaynor ou encore Lenny Kravitz. Programmée intentionnellement à la fin, la performance de clôture de la diva américaine se veut à l’image du festival, de ce qu’il a été : le couronnement musical ultime, la cerise sur le gâteau; bref, le point d’orgue d’une réussite musicale et culturelle consacrant (verbatim) : « la découverte, l’ouverture et la tolérance ».

« Un pays qui emprisonne ces artistes pour le seul fait de s’exprimer au travers de leur musique ne peut prétendre être un défenseur la culture. C’est impossible. » Ce constat catégorique et tranchant est de Rachid El-Belghiti, l’un des chefs de file de la campagne anti-Mawazine qui, une nouvelle fois cette année, est venue contrarié le déroulement du festival de musique organisé par le Maroc. Par delà sa virulence, l’assertion d’El-Belghiti tend à souligner un paradoxe essentiel : comment un pays, qui continue de mener en coulisse une politique oppressive à l’encontre de ses dissidents – fussent-ils de simples artistes engagés, peut-il se targuer d’être un défenseur de la culture ? La tenue d’un festival de musique, aussi grandiloquent soit-il, peut-elle passer pour circonstance atténuante ?

Consacrant l'ouverture et la tolérance vous avez dit ?

El 7a9ed, du confort rudimentaire de sa cellule de prison, doit certainement en penser différement. Ainsi que ses avocats. Ou que les ONG tels qu’Human Rights Watch (HRW), pour ne citer que celle-là.

« Chaque printemps, le Maroc organise une série de célèbres festivals musicaux internationaux, mais cette année en même temps il met en prison l’un de ses propres chanteurs, simplement à cause de paroles et d’images qui déplaisent aux autorités » avait d'ailleurs déclaré la directrice du hub Afrique du Nord-Moyen Orient d’HRW, Sarah Leah Whitson, dans un communiqué officiel publié début mai sur le site web de l'ONG. Et la directrice de renchérir : «  la réputation du Maroc devrait venir de ce qu’il est un havre pour les musiques du monde entier, et non de ce qu’il musèle les chanteurs qui ont un message politique. »

Par chanteurs aux messages politiques, la directrice de HRW fait évidemment allusion à Mouad Belghouat, alias El 7a9ed, le rappeur populaire marocain qui a été condamné à un an de prison ferme pour « outrages et insultes aux autorités » une semaine à peine avant l’ouverture du festival. A l’origine des charges qui lui sont reprochées, la publication d’un vidéo-montage intitulé « Chiens de l’Etat » dans lequel le chanteur-dissident attaquerait au vitriol la corruption qui sévit au sein de la police marocaine; une invective qui en succèderait à de nombreuses autres qu'il aurait précédement dirigé contre l’injustice sociale et la monarchie ; probablement l’invective de trop.

Mais qu'à cela ne tienne puisqu'une semaine après son emprisonnement, Belghouat sera rejoint par l’un de ses fidèles supporters, le poète dissident Youssef Belkhdim, condamné pour sa part à deux ans de prison ferme pour avoir frappé un policier durant un sit-in organisé en soutien au chanteur – une accusation qu’il nie formellement.

Du tape-à-l’œil pour tromper l’œil

A l’image de bien d’autres réalités du pays, le festival Mawazine met en exergue les nombreuses contradictions du Maroc, son paradoxe immanent : comment un pays dans lequel la pauvreté et l'analphabétisme sont des réalités criardes, peut-il investir des millions de dollars dans l’organisation d’un festival gratuit (pour l'essentiel) mettant en scène des superstars internationales aux cachets mirobolants?

Selon les organisateurs du festival, la réponse est simple et tient essentiellement en un mot : l’image ! Image du Maroc à l’étranger, image du Maroc dans le monde, tout est justifié et justifiable par l’image. Investir 7 millions de dollars dans l’organisation d’un évènement musical qui absorbe l'essentiel des budgets de sponsoring des manifestations culturelles du pays est pertinent puisqu’il en améliore l’image – du pays – à l’international ?  

« C’est une célébration. Célébration de la ville, célébration du Maroc, et cela reflète la qualité de vie du Maroc dans le monde » déclare le directeur du festival Mahmoud Lemseffer. « C’est une façon de véhiculer l’image du pays, de son hospitalité, de sa tolérance » ajoute-t-il.

Pour Rachid El-Belghiti, ce message ne peut évidemment être que d’une amère ironie. Pourquoi? Tout simplement parce que pour lui, comme pour de nombreux autres, « l’image du Maroc » convoyée par Mawazine est fausse, un trompe l’œil qui passe par le tape-à-l’œil pour masquer la réalité crue de ce que le festival et son organisation engendrent : pendant que des millions sont investis dans les cachets mirobolants de stars internationales, des théâtres et écoles de danse ferment partout dans le pays en raison d'un manque de financement. Pire encore, comble de l'ironie : pendant que la tolérance et l’ouverture sont chantées sur scène, la fermeture et l’intolérance sont pratiquées en coulisse. Voici la réalité qui se cache derrière l'image du festival. 

Quand l'on voit ça, on ne peut que se rappeler les paroles du poète romain Juvénal lorsqu'il disait « donner leur du pain et des jeux, et le peuple sera content ». 

Suivre Yabiladi
Dommage
Auteur : ElChamali
Date : le 28 mai 2012 à 17h49
Voilà qui devrait être consensuelle. On investit de l’argent dans un évènement sans un centime publique, où les Marocains peuvent venir se défouler, communier et où la jeunesse peut assister à un spectacle de niveau international. Voilà une réussite d’après même l’auteur de l’article. Tout le monde devrait être content….
Mais non, encore des rabat-joies qui viennent faire du misérabilisme, en disant qu’il y a des gens qui meurent de faim dans le monde, et que c’est mal de sourire dans ces conditions. Avec les mêmes arguments que les islamistes pour moraliser les gens, qui ont fait la fête une fois dans l’année.
C’est triste, de voir qu’il y a toujours des gens pour qui c’est « trop » pour les Marocains. Nous ne serions pas digne, ni d’autoroute, ni de TGV, ni de festivals « musicaux ». On devrait se limiter à voyager à dos d’âne et à labourer les champs.
Avec l’unique droit pour se divertir de regarder le reste du monde vivre à travers nos paraboles….

Et l’alibi de « l’artiste » enfermé, faut arrêter. Le Maroc a eu des « artistes » subversifs, mais il faut avoir du talent pour critiquer intelligemment (Nas el ghiwan, Jil Jilala, ….)
En France, il y a eu Coluche, que tout l’échiquier politique respectait et il pouvait tout dire. Oui, çà c'est des artistes subversifs.
Donc arrêter de vénérer des gamins qui se sont crus rappeurs en insultant la police, c’est presque caricatural. J’ai déjà vu le rappeur « Muslim » ici à Tanger, faire un concert en publique et çà choquait personne, parce qu’il y a un travail d’écriture. Qu’on aime ou pas. Donc ne mélangeons pas tout.
Dernière modification le 28/05/2012 17:50
très bizarre les articles en se moment
Auteur : cheikhManba
Date : le 28 mai 2012 à 17h55
Je vois pas où est le problème et fait un liens avec des stars du monde entier qui prône un message de paix dans le monde et dans le monde arabes avec un rappeur vulgaire et violent qui insulte le roi ! La police la justice et la religion ! C'est une racaille du mouvement du 20 février ! Donc la comparaison entre de vrais artistes internationaux reconnus et un vulgaire personnage je trouve l'article trop injuste et accusateurs à tort ! Le Maroc d'aujourd'hui vous rend sûrement aveugles et jaloux et bah temps mieux ! Ces que le Maroc est sur la bonne voix à bonne entendeur !
Mawazine est un succés
Auteur : oleole
Date : le 28 mai 2012 à 18h10
Peu importe les plaintes des attardés habituels, Mawazine est un immense succés.
Les places sont toujours bondées, les gens viennent de toutes les régions du maroc, et beaucoup de l'étranger pour y assister.
Les conditions de confort et de proximité des spectacles sont parmi les meilleures au monde, bien meilleures que celles en France par exemple où on paie 90€ pour une place debout de 3ème zone on on voit rien en se faisant bousculer.

Bref, toujours des imbéciles pour se plaindre.
ARTICLE DEMAGOGIQUE
Auteur : Danouni
Date : le 28 mai 2012 à 19h54
Ce festival donne une très bonne image internationale au Maroc à l'heure où ses ennemis (Algérie + Polisario) cherche à nuire à son image.

De l'aveu d'artistes du Monde Entier, ce festival n'existe dans aucun pays arabe.

Il stimule indirectement le tissu économique du Pays : déplacement (société de transport) , hôtel, restauration etc....

En +, ce festival promeut de jeunes artistes marocains.

Le problème des artistes marocains vient du PIRATAGE des Marocains eux mêmes et des Droits d'auteur qui ne sont pas respectés par les Marocains eux mêmes.
Dernière modification le 28/05/2012 19:55
mawazine un bon festival . . .
Auteur : allaoui38
Date : le 28 mai 2012 à 21h49
c'est vraie , de l'aveu de la plupart des marocains y compris ma famille , rarement sont ceux qui se plainent , les échos sont globalement positifs ...
que faut il alors ? saper toutes les festivités au Maroc ou se contenter d’écouter " hajja el hamdaouya " qui es une artiste marocaine honorable , sauf que les jeunes ont d'autres aspirations , ils ont envie de voir aussi , sur scène mariah carey et on live svp
mawazine est un festival de tolérance et d'ouverture ; où se côtoient des cultures différentes , des chanteurs des 4 coins du monde ...
l'ouverture est une qualité
Dernière modification le 28/05/2012 21:53
Facebook