Kamel Chibli: "Obama a gagné car il est en phase avec les Etats-Unis d'aujourd'hui!"

Kamel Chibli, adjoint au maire à la ville de Lavelanet et membre du Conseil national du Parti Socialiste commente l’actualité avec la tragédie de Gaza, les tensions sociales inter-communautaires en France ou encore le discours d’investiture de Barak Obama.
- Yabiladi : Qu’en est-il de la situation sociale entre la communauté musulmane et juive?
- Kamel Chebli :
Les représentants des deux religions ont toujours gardé de bonnes relations, d’ailleurs des rencontres ont été réalisés pour permettre d’aborder les problématiques du Proche-Orient, mais aussi les conséquences de ces incidents en France. Il faut savoir aussi que beaucoup de religieux ainsi que des rabbins condamnent vivement le massacre à Gaza. Il est vrai que la population d’origine arabe en France est très touchée par ce massacre d’enfants, d’hommes, et de femmes, sans aucune réaction des Etats qui laissent faire un crime contre l’humanité, tout en le cautionnant. Mais il est vrai que ce conflit rend très tendue les relations entre les français de confession juive et toute la population d’origine maghrébine. Je pense que plus on attendra pour régler ce conflit, plus les tensions s’amplifieront. En espérant que l’élection d’Obama fera renaître un vrai dialogue entre les pays du monde arabe et l'Occident. C’est une nécessité pour réconcilier les peuples et je pense que le nouveau président des USA est en capacité de susciter cet espoir. 


- Selon vous, pourquoi la France est-elle aussi impactée par le conflit israélo-palestinien?
- Elle impacte notre quotidien car nous avons une population d’origine maghrébine assez importante et je rappelle qu’il y a aujourd’hui plus de 6 millions de musulmans qui vivent en France. Je pense que dans tous les pays des mondes les réactions ont été nombreuses. Cette population n’est pas insensible à tous ces drames quasi quotidiens et d’ailleurs nous avons vu aussi à Rabat une grande manifestation avec des images qui ont fait le tour du monde. En même temps, c’est aussi l’occasion de faire remonter les problématiques dans les quartiers populaires et surtout le manque de réaction et de proposition du gouvernement, depuis l’élection de Nicolas Sarkozy. C’est aussi un moment de contestation par rapport à une France qui a du mal à reconnaître ces enfants, cette France métissée, de plus musulmane en grande majorité, qui est avant tout une richesse incroyable pour la France. 
 

- Craignez-vous de nouvelle vague de violences ?
- Vous savez, on n’est pas l’abri de tout fait isolé, mais attention à ne pas stigmatiser les musulmans qui vivent en Europe, car ils sont avant tout républicains et fiers d’être Européen. On a tendance à confondre la grande majorité des musulmans modérés et ceux qui commettent des actes de violence. N’oublions pas que les musulmans de France subissent aussi des actes antisémites, il suffit juste de se rappeler les profanations des tombes dans un cimetière musulman. Alors oui, il y a des actes isolés de part et d’autres, mais à aucun moment les médias ainsi que les politiques doivent stigmatiser toute une population parce qu’une poignée a décidé d’être violente. Je pense que si nous voulons éviter que tout cela dégénère, il faut faire en sorte que le peuple palestinien vive en paix dans leur territoire et qu’ils aient un vrai Etat reconnu. Dès lors, nous éviterons toute dérive car si l’agression d’Israël s’arrête aujourd’hui, elle peut recommencer à tout moment.       
 

- Des milliards d'habitants de cette planète ont suivi l’investiture du 44ème Président des USA, Barak Obama, qu’attendez-vous de lui ?
-La cérémonie d'investiture a eu beaucoup d'allure. Barack Obama est sans conteste très charismatique et il se dégageait de cette immense foule, joyeuse et pleine d'espoir, une véritable force démocratique.  
 
Je retiendrais ce passage de son discours qui m’a beaucoup touché : « La sécurité d’un pays ou du monde ne peut pas se faire aux dépens des libertés. Nous sommes réunis car nous avons préféré l'espoir à la peur. L'Amérique a vocation à dialoguer avec le monde entier. C'est parce que les Américains ont connu la ségrégation qu'ils sont conscients de la nécessité de parler à leurs anciens adversaires. C'est le prix, et la promesse, de la citoyenneté (…) C'est la raison pour laquelle un homme dont le père, il y a moins de 60 ans, n'aurait peut-être pas pu être servi dans un restaurant de quartier, peut maintenant se tenir devant vous pour prêter le serment le plus sacré ».
C’est une leçon de démocratie mais aussi une prise de conscience collective dans notre pays. Je ne cache pas mon émotion de voir ce simple animateur social des quartiers de Chicago dirigeant le pays le plus puissant du monde. Le monde ne sera plus le même demain. S’il a gagné, c’est parce qu’il est en phase avec les Etats-Unis d’aujourd’hui. 

Suivre Yabiladi
Soyez le premier à donner votre avis...
Facebook