L’affaire « El Ha9ed » : Le ministre de la Justice maintient son procès

Incarcéré pour « propos insultants à l’égard des autorités », le rappeur marocain El Ha9ed croupi toujours dans la cellule de la prison d’Oukacha à Casablanca. Après deux mois de prorogations de procès, et face à la pression des associations humanitaires, le ministre de la justice, Mustafa Ramid, s’est exprimé hier pour la première fois sur le sujet. 

Mouad Belghouat, alias « El Ha9ed » - son surnom  - semble avoir un nom qui le prédestinait. En effet, « celui qui gueule » (littéralement), et qui a manifestement gueulé un peu trop fort, se trouve une nouvelle fois incarcéré pour « insultes à l’égard des autorités » et « outrage à un corps constitué ». Arrêté le 28 Mars dernier, « El Ha9ed » s’est notoirement fait connaitre des autorités marocaines pour avoir publié une vidéo Youtube dans laquelle il parodiait la police, y dénonçait sa corruption, et ironisait sur la servilité de l’entourage du roi. Deux mois après son arrestation, le rappeur populaire est toujours en détention préventive au centre pénitentiaire d’Oukacha, à Casablanca, dans l’attente d’un procès. Il risque d’écoper de trois ans de prison ferme. Prévu d’abord pour le 16 Avril, puis ajourné au 25,  et derechef prorogé au 30 du même mois, le procès d’El Ha9ed ne cesse d’être reporté depuis plusieurs semaines. 

Interrogé au sujet de cette affaire par l’agence de presse Reuters, le ministre de la Justice, Mustafa Ramid, a répondu, hier, mardi 1er mai, à la pression exercée par les associations humanitaires visant à faire libérer « El Ha9ed ». Il affirmant que le gouvernement marocain maintiendrait une position ferme à son encontre : « l’Etat ne doit pas céder sous la pression [des ONG] et va, de ce fait, maintenir ses poursuites [contre El Ha9ed] ».  Et le ministre de renchérir : « la Cour va traiter le dossier et décider de ce qu’elle considère comme le plus approprié comme verdict – coupable ou innocent – et nous ne pouvons pas interférer avec la procédure. »

Le Maroc face à ses contradictions

Le ministre du PJD est pourtant un ancien avocat qui s’est illustré en menant une campagne très offensive contre les détentions injustes, et parfois arbitraires, du système répressif makhzénien. Cette contradiction du ministre de la justice est patente, mais elle n’est pas la seule. Elle est symptomatique d’une contradiction institutionnelle qui concerne la non-application des textes de la nouvelle constitution.

Sarah Leah Whitson, directrice de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, l’affaire Belghouat, qui relève « purement et simplement [d’une question] de liberté d’expression »,  est en train de mettre le Maroc « face à ses propres contradictions » puisque la nouvelle consitution proclame, entre autres, la liberté d’expression. Or, selon la responsable d’Human Rights Watch, l’affaire du rappeur insurgé vient de porter à la lumière du jour « le hiatus encore trop grand qui sépare ce droit constitutionnel de son application effective » dans la sphère politico-juridique du royaume.

Dans le même dossier
Suivre Yabiladi
2 commentaires
ce jeune doit etre liberé ! ! !
Auteur : allaoui38
Date : le 03 mai 2012 à 15h56
j'ai toujour apporté mon soutien au parie PJD , je trouve que c'est un partie qui apporte une nouvelle vision de la vie politique au Maroc et spécialement par ce qu'il n'a cessé de prôner la justice pour tous ...sauf que je ne peux cautionner en âme et conscience ce procès fais à ce jeune , dejas emprisonné arbitrairement 4 mois , en violation totale de la nouvelle constitution et des droits internationaux que le Maroc à accepté de ratifier ... même si je ne suis pas d'accord avec les thèses défendue parce jeune , je ne peux qu’être d'accord
pour sa liberté d'expression .
la seule et unique solution acceptable pour amener ou non ce jeune vers une autre vision est le débat , les violences policières , les détentions arbitraires ne sont jamais la bonne solution , ils ont toujour été une tache noire sur le front de ceux qui l'ont pratiquées auparavant
la multiplication de ces pratiques ne feras d'imploser ce partie , un vide dangereux pourrais s'installer et les alternatives qui se présenterons ne seront que celle qui compromettent la stabilité du pays...
c'est pour cela je crois que seule la justice et le respect des citoyens pourront éviter le pire à un pays qui n'arrive toujour pas à rompre avec son passé ...
Prevenir mieux que guerir
Auteur : ichiadmia
Date : le 03 mai 2012 à 04h34
Dear Sarah Leah Whitson:
est ce que vous avez deja entendu les differences culturelles entre les peuples. Il ya les droits des humains et il ya aussi le droit des gouvermenmt a proceder a des arret arbitraire
Si le terrorisme existe aujourdhui a nos porte c'est a cause de la merde de votre race qui les ont protege nourit et meme entrainer et aujourdhui vous nous accuser, un arabo-musulman est par definition un terroriste selon votre opinion et aujourdhui vous voulez proteger et liberer des delinquent et quand ca tourne mal, nos touristes nous fuient,....est ce que vous serez la pour nous assister non. alors foutez nous la paix mnt.
FYI: au Maroc notre system est different nous n'avons pas assez de moyens pour permettre a chaccun d'avoir un proces equitable, vous vous avez les avocats qui plument les citoyens et les proces qui durent des annees,.... sans resultat, nous on applique : Prevention is better than cure" et tant que ca marche on est bien
alors foutez nous la paix.
Facebook