Sport
L'Opinion: un réquisitoire contre les supporters des FAR
FAR : Le plus dur reste à faire

Il y a deux ans, les FAR dans l’une des plus pires situations allaient frôler la relégation avec un cadre étranger, le gentil petit Giresse. Tout le monde avait perdu espoir en cette équipe militaire qui autrefois faisait trembler les meilleures équipes du monde.
Le public avait alors raison de bouder et de déserter les gradins parce qu’il n’y avait qu’une équipe fantôme. Depuis lors, les responsables des FAR avaient jugé utile en hommes sages de trouver le meilleur remède pour faire revivre de ses cendres ce dragon des FAR et lui rendre son âme qu’on lui connaissait. On n’avait pas trouvé mieux que le talentueux encadreur M’hamed Fakhir qui avait déjà fait ses preuves avec le Raja, à remédier à la situation d’une RSS moribonde avant d’entrée dans le vif du sujet avec le HUSA et être consacré honorablement par l’Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne avec le jeune Lamghari de Yacoub El Mansour.

Fakhir venait de gagner en maturité et en galons comme l’est Zaki avec l’E.N. en ses débuts jusqu’à maintenant. Les FAR alors se construisaient une nouvelle identité avec une nouvelle génération de joueurs, car il fallait bien du temps pour pouvoir mettre le joueur qu’il faut à la place qu’il faut. Mission accomplie puisque apparaissent des El Maâroufi, Bouab, Hafid, Boubou, Ajeddou, Naoum, El Keddioui, Ouadouch, Bendriss, Sarraj, Bouaouda, Bahizi, El Mouataz, Benkessou en attendant les Jaâfari, El Ajraoui pour rudimenter davantage les Armoumen, El Bouzidi, El Afoui, Kharbouch, Reggadi... et d’ici fin de saison et début de nouvelle saison de jeunes nouveaux espoirs déjà sur la liste attendent le moment opportun pour entrer dans le bain de la compétition.

Ce fut donc une ressuscitation éclatante qui a permis grâce notamment aux efforts considérables consentis par le sage comité des FAR qui se sacrifie, corps et âme et financièrement, pour son équipe et son public, parce qu’il est le seul public à payer le billet avec les moindres frais sans pour autant parler des facilités qu’on lui crée à chaque occasion comme en lui procurant ces derniers temps tambours et équipements pour qu’il soit à la hauteur. Malheureusement le public des FAR s’est avéré si ingrat envers son équipe au moment où celle-ci avait le plus besoin de lui. Rien que la semaine dernière, l’ESS avait perdu en championnat face à SFAX, cela n’a pas empêché son public d’être à ses côtés pour lui permettre d’effacer cette mésaventure et vaincre les FAR avant de retomber dans la défaite cette semaine. Du moins auront-ils accompli à la perfection sa tâche face aux FAR. Le public des FAR est tout ce qui est le contraire parce qu’il n’a jamais sû comprendre que les FAR est au bout du rouleau par sa compétition marathonienne, ses déplacements périlleux et fatiguants et stressants, l’injustice subie par les arbitres africains, les blessures on avait vu comment Hafid, Ben Driss, Ouadouch, El Keddioui souffraient le martyr pour ne pas décevoir et donner de leur mieux pour ne pas abandonner les couleurs de leur équipe... on avait vu comment Naoum a combattu jusqu’à épuisement et blessure pour être remplacé à la 40ème mn par Ben Driss.

En dépit de toutes les conditions très pressantes subies, les FAR ont sorti un grand match où ils ont fait étalage d’un système de jeu varié et concluant qui n’a pu être fortifié davantage de buts par une certaine impression d’incompatibilité d’humeur avec le public qui les a accueilli à froid et un arbitrage qui se veut le plus Collina de l’Afrique et ça n’arrive qu’à nous autres Marocains car nos amis Algériens, Tunisiens, Libyens, Egyptiens se font plutôt une santé sur le dos de nos équipes, car comment expliquer le fait que la touche de main d’un défenseur nigérian à la 10ème mn en pleine surface de réparation n’a pas été sanctionnée à sa juste valeur, et à la 30ème mn El Keddioui tout bonnement fauché au moment où il s’apprêtait à concrétiser sur une balle tirée sur la barre par Ouaddouch ? Sans pour autant parler d’avertissements peu évidents à l’encontre de Bouab et Benkessou.

Il faut dire que les FAR ont subi cette nuit là la malédiction de tout ce qui est football : des buts manqués à gogo 7ème mn par Boukessou, 12ème combinaison Armoumen - Ouaddouch, 13ème le corner d’Ajeddou, 14ème le centre en retrait d’El Keddioui sur la tête d’Armoumen de justesse, 24ème Ouaddouch rate l’impossible, 45ème Ouaddouch dribble le gardien en vain, 46ème tir cadré d’Ajeddou difficilement sauvé par le gardien... et ce fut la délivrance à la 47ème mn, par Armoumen après qu’Ajeddou s’est débarrassé de deux défenseurs, FAR : 1 - ENUGU : 0 au moment opportun, sorti par les tripes.

La seconde période, les FAR continueront sur leur pressing par El Keddioui, Ajeddou, Reggadi, Armoumen qui sera sévèrement expulsé à la 80ème mn alors que ENUGU jouait à 10 avec l’expulsion de Juniors à la 65ème mn. Il faut dire que les FAR ont pleinement joué le jeu malgré bien des tas de pressions psychologiques, physiques... mais il faut dire aussi que le public ne les a pas aidé du tout. Il s’est même permis d’encourager les visiteurs pour porter plus la pression sur les siens oubliant par la même occasion que c’est cette équipe-ci des FAR conçue par tant de sacrifices et d’efforts qui leur avait redonner vie d’espérer à du bon football à pouvoir espérer rivaliser avec le RCA, le WAC, l’OCS,... et de combattre tous les insupportables et imaginables obstacles africains pour leur faire vivre des moments intenses de bon football qu’ils avaient perdus depuis l’avènement d’un entraîneur étranger. Aujourd’hui on insulte Fakhir mais qui de ces 10, 15 ou 20.000 soi- disant supporters auraient le courage de former une simple liste de joueurs de champs de jeu sans qu’il connaisse leurs réelles conditions, c’est l’esprit de domination qui caractérise l’esprit des supporters qui appellent à l’hostilité, à la haine plutôt qu’à l’amour d’autrui, à la fusion affective et ce n’est nullement commode. Ce public n’a pas encore compris que son équipe souffre et qu’en retour il lui doit tendre affection et reconnaissance au lieu de blâmer pour tout simplement blâmer parce que Fakhir n’est pas entraîneur étranger, un cadre marocain qu’on aime vouloir faire descendre parce qu’il est Marocain et que nous autres Marocains avons toujours donné mauvais exemple en sapant la confiance de nos encadreurs nationaux... c’est devenu une évidence du moment qu’on n’a jamais cherché à éduquer ce public si ingrat !

Les FAR partiront donc au Nigeria le pincement au cœur de n’avoir jamais été bien compris par leurs soi-disant supporters, des supporters pas comme ceux qui on a relevé chez le WAC lui même face au RCA (après les conséquences de la Coupe Arabe), du RCA face à l’Africa, de l’ESS face aux FAR, d’El Marsa de Tunisie... des supporters qui laissent, par moment, certaines remarques pour soutenir pour l’honneur du pays, leur équipe pour faire face aux défis continentaux, ô combien hostiles au Maroc.

Les dirigeants des FAR si conscients si compréhensifs savent être indulgents pour comprendre ces choses là !

Il reste 90 autres minutes à négocier pour sauvegarder ce but inscrit à Rabat et toute qualification peut être encore possible car l’aventure terrible de Kumasi fera bien réfléchir les FAR à ce qui les attend encore plus cruel au Nigeria, ce que ne comprend nullement les supporters qui ne vivent point les plus pires des calvaires en Afrique. Ils ne savent pas que les FAR seront là-bas seuls face à toutes les pires des situations... et ils auront alors fait perdre une belle et réelle occasion d’aller tranquille au Nigeria. Dommage... c’est un manque d’éducation qu’il faut combattre comme on combat le racisme, le terrorisme, l’habitat insalubre, la pollution.... N’empêche les FAR sauront s’en sortir, même seuls !

Source: L'opinion