News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Societe
Espagne: Une famille marocaine poursuit deux agents de la Guardia Civil
La famille d'une mineure marocaine de 14 ans du village de Bellreguard (commune de la province de Valence) a déposé une plainte contre deux agents de la Guardia Civil, les accusant de mauvais traitement au cours d'une identification à la caserne d'Oliva (ville de la même province), a rapporté le 6 juin, le quotidien « Las Provincias ».
Espagne: Une famille marocaine poursuit deux agents de la Guardia Civil
Les événements ont commencé à la suite d'un incident à l'école fréquentée par cette mineure et son frère cadet. Selon les témoignages de Boughalel Mimi, un membre de l'Association des immigrants marocains, « le cadet de la jeune fille a été confronté à un autre élève, et a reçu le soutien de son aînée. Dans cette bagarre, l'autre enfant est tombé, ses lunettes se sont cassées et son père a ensuite porté plainte». Le 29 mai dernier à 9 heures, des agents en civil de la Guardia Civil se sont présentés au domicile des deux mineurs bagarreurs. Cependant les deux membres en mission « n'ont pas expliqué la raison » de leur visite. Ils ont amené l'enfant et sa maman dans leur quartier général à Oliva pour identification.

À la caserne, la jeune fille ne s'est pas pliée au protocole. D'après sa famille, « elle a refusé de se laisser prendre en photos. Ainsi elle a été mise face contre terre puis menottée avant qu'un agent ne mette ses genoux sur le dos de la fillette et de la bâillonner». Ces actions auraient eues comme conséquences, des ecchymoses sur plusieurs parties du corps de la mineure brutalisée. Le journal rapporte que la mère a ensuite essayé de lui porter secours en indiquant aux forces de l'ordre que sa fille souffrait d'une maladie cardiaque congénitale. Elle s'est ensuite énervée et a essayé de montrer aux agents les documents médicaux. Mais les gardes l'ont obligé à quitter les lieux.

L'association des immigrants marocains et le Forum pour une autre immigration ont considéré que c'était « une action très violente, excessive et disproportionnée pour une mineure ». Les parents ont porté plainte pour mauvais traitement. Affaire à suivre.

Ibrahima Koné
Copyright Yabiladi.com