Societe
Casablanca : trois fois plus d’ordures ménagères à collecter pendant l’Aïd
Au lieu des 3 000 tonnes par jour en temps normal, ce sont 18 000 tonnes qui seront collectées pendant les deux jours de la fête
Les concessionnaires louent du matériel pour faire face à la
surcharge de travail.
«Chaque jour, ce sont environ 3 000 tonnes d’ordures ménagères qui sont collectées à Casablanca, mais cette quantité triple pendant les deux jours de l’Aïd Al Adha», indique Ahmed Lyacini, directeur d’exploitation de Sita El Beïda, filiale de la multinationale française Suez Environnement, qui assure la propreté dans quatre arrondissements de Casablanca (Sidi Belyout, Maârif, Anfa et une partie de Hay Hassani).

Le constat est partagé par Amina Gamraoui, directrice d’exploitation chez son concurrent, Segedema, filiale du groupe espagnol Pizzorno, présente dans plusieurs villes marocaines dont Casablanca. Cette société collecte quotidiennement, en temps normal, entre 800 et 900 tonnes.

Durant les deux jours de l’Aïd Al Adha, elle redouble d’efforts, comme les autres d’ailleurs, pour ne pas laisser s’amonceler les détritus. «Nous mettons tout le monde sur l’opération qui se fait en deux temps, de 7 h à 14 h et de 14 h à 20 h.

Nous accordons la priorité à des lieux spécifiques comme les abords des mosquées, les grands axes, les places et les marchés...», explique M. Lyacini.

En plus de ses moyens propres - 1 260 employés pour un parc de 150 engins et camions -, Sita El Beïda louera cette année du matériel supplémentaire : 3 pelleteuses et 15 semi-remorques, dont 10 rien que sur Derb Ghallef.

1 MDH par jour pour la propreté de la ville
Une démarche identique est menée par Segedema qui assure les prestations pour les communes de Aïn Chock, Sidi Maârouf, Lissasfa, Sidi Othmane-Sbata, Salmia et Ben M’sik. Pour ce territoire d’environ 800 000 habitants, Amina Gamraoui explique que les 90 véhicules de collecte et engins ne sont pas suffisants pour faire face à la surcharge de travail et qu’il faut faire appel à une flotte d’appoint. A titre indicatif, souligne Mme Gamraoui, la location d’une pelleteuse est facturée à 2 500 DH/jour et un semi-remorque à 1 000 DH.

A ces charges, il faut ajouter les primes du personnel, de l’ordre de 150 DH par jour. On le voit, les charges additionnelles induites par l’activité de l’Aïd sont relativement importantes. C’est sans doute le cas aussi pour le troisième opérateur sur la ville de Casablanca, Tecmed, dont les responsables n’ont pas donné suite à nos multiples relances.

Il faut savoir que, in fine, la facture revient à la commune, puisque les délégataires sont payés à la tonne chargée. En temps normal, la ville débourse environ 1 MDH par jour pour sa propreté.

Source: La Vie Eco