Societe
Sidi Ifni: Brahim Sbaalil écope de six mois de prison ferme
Un activiste des droits de l’Homme au Maroc a écopé jeudi de six mois de prison ferme pour « déclarations mensongères » liées aux échauffourées de la ville de Sidi Ifni (sud ouest) le 7 juin dernier entre les forces de l’ordre et de jeunes manifestants chômeurs, a appris APA à Rabat..
Le tribunal de première instance de Rabat a reproché au mis en cause , Brahim Sbaalil, membre dirigeant au sein du centre marocain des droits de l’Homme d’avoir commis un « outrage aux autorités publiques » en évoquant, à tort, une dizaine de morts lors des incidents de Sidi Ifni.

Le prévenu, qui serait la source sur laquelle s’est fondée « hâtivement » la chaîne arabe Al Jazzera qui a reproduit la même « fausse information » sans se soucier du démenti des autorités marocaines, devra verser une amende de 1000 dirhams (140 dollars).

L’activiste était écroué le 26 juin dernier après une conférence de presse à Rabat au cours de laquelle il a réitéré ses déclarations du 7 juin faisant état de « morts » et de « viols » lors des incidents de Sidi Ifni, ce qui était démenti tant par les officiels marocains que par des ONG.

Le mis en cause, qui devrait interjeter appel, a été poursuivi en vertu du code pénal contrairement au directeur du bureau d’Al Jazzera à Rabat , Hassan Rachidi, qui s’est vu retirer sa carte d‘accréditation et est poursuivi selon les dispositions du code de presse.

Le verdict « Al Jazeera » est attendu vendredi.

Une commission d’enquête parlementaire a été diligentée pour déterminer les contours de ces incidents qui seraient dûs à des réclamations d’emploi dans cette ville, sous autorité espagnole jusqu’à 1969.

Une cinquantaine de personnes ont été blessées, dont 28 parmi les forces de l’ordre, lors de la dispersion de jeunes chômeurs qui encerclaient le port de la ville, une semaine durant, ce qui a entraîné la détérioration de quelque 800 tonnes de poisson, rappelle- t-on.

Source: APA News