News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Societe
Paris : L'incendiaire du centre juif serait un juif d'origine marocain
L'incendie du centre juif était une banale vengeance
La destruction d'un centre social juif à Paris il y a dix jours n'était pas un acte antisémite. Un suspect, ancien gardien du local, de confession juive, était toujours en garde à vue hier soir. Il aurait saccagé les lieux par dépit après son éviction.
L'AFFAIRE avait soulevé l'indignation de l'ensemble de la classe politique et des instances religieuses, de Paris à Tel-Aviv. Elle avait relancé le débat sur la montée de l'antisémitisme en France... Finalement, la destruction d'un centre social juif, cible d'un incendie volontaire la nuit du 21 au 22 août derniers dans le XI e arrondissement de Paris, aurait pour origine une banale vengeance personnelle.

C'est désormais la piste privilégiée avec, au coeur de l'enquête, un ancien employé du centre dont les responsables avaient la ferme intention de se séparer.

Des indices matériels Hier, Raphaël B., un juif séfarade de 52 ans, s'est présenté spontanément à la brigade criminelle à Paris. Natif de Casablanca au Maroc, ce gardien occasionnel du local de la rue Popincourt se savait recherché par la police judiciaire. La brigade criminelle avait resserré ses investigations « à partir de l'enquête de voisinage, des analyses des faits et des témoignages des individus qui fréquentent le centre ». Depuis vendredi dernier, une fiche de recherche avait été établie à son nom. Ce sont finalement des membres du centre social qui l'ont convaincu de se présenter au quai des Orfèvres. Raphaël B., qui venait de perdre son appartement, entretenait des relations ombrageuses avec les gestionnaires du centre. Au point que ces derniers avaient décidé de se séparer de lui.

Le quinquagénaire, présenté comme un « peu simplet » et « plus ou moins sans domicile fixe », n'aurait pas supporté cette idée, assouvissant sa vengeance en s'attaquant au local de la rue Popincourt souillé par des inscriptions antisémites puis dévasté par le feu. Selon une source policière, le suspect, « pas causant du tout », n'a pas reconnu l'incendie lors de ses premières heures de garde à vue. Cependant, des indices matériels semblent le désigner. Les policiers ont retrouvé à son domicile, un logement mis à sa disposition par le centre, les clés de la porte de service. Elle avait été retrouvée ouverte par les sapeurs-pompiers à leur arrivée, contrairement à la porte principale. Seules quatre ou cinq personnes possédaient ce trousseau. Toujours chez Raphaël B., les enquêteurs ont mis la main sur deux feutres, un rouge et un noir, qui pourraient correspondre à ceux qui ont servi à maculer le mur du centre social de croix gammées dessinées à l'envers et d'inscriptions antisémites truffées de fautes d'orthographe. Des analyses scientifiques devraient permettre de confirmer formellement ce point.

Un « contexte tendu » Selon nos informations, l'homme a fini par admettre du bout des lèvres être l'auteur de ces inscriptions. Enfin, les policiers disposent d'un autre élément à charge : ils ont localisé l'endroit où le suspect aurait acheté le liquide - de l'essence automobile - utilisé pour allumer le feu. Le tournant pris par l'enquête semble définitivement contredire la thèse d'un acte antisémite, avancée publiquement par certains, haut et fort et un peu hâtivement. « Les collègues de la Crim n'en ont que plus de mérite. Il n'est pas facile de travailler dans un contexte aussi tendu », relève un policier parisien. Plusieurs affaires récentes se sont ainsi « dégonflées » après avoir été présentées comme des actes antisémites.

Tout le monde se rappelle l'indignation générale soulevée en juillet dernier par le récit de Marie Leblanc, cette jeune femme qui se disait victime d'une sauvage agression dans le RER D. La mythomane avait rapidement avoué aux policiers avoir tout inventé. Quelques jours plus tôt, l'agression à coups de couteau d'un lycéen juif à Epinay (Seine-Saint-Denis) avait provoqué des réactions d'une pareille ampleur. Or, l'auteur, un déséquilibré, ne s'en prenait qu'à ceux ayant le malheur de croiser son chemin... « Tout cela ne doit pas jeter de discrédit sur la lutte contre l'antisémitisme », a mis en garde hier l'Union des étudiants juifs de France. Car le phénomène est bien réel et en hausse : le ministère de la Justice a déjà recensé 298 actes antisémites depuis début 2004.

Christophe Dubois et Geoffroy Tomasovitch
Source : Le Parisien