Societe
Balance commerciale marocaine toujours déficitaire
Pas de changement dans la physionomie de la balance commerciale. Les importations du Maroc représentent encore près du double de ses exportations. Selon les derniers chiffres publiés par l’Office des changes, le volume des importations durant les sept premiers mois de cette année a évolué de 12,2% par rapport à la même période de 2005 pour atteindre près de 116 milliards de DH.
Par contre les exportations ont progressé de 11,6% à 60 milliards de DH. Ce qui donne un taux de couverture de 52,1% qui stagne dans ce niveau depuis le début de l’année. Les exportations sont dominées par les biens de consommation avec une part de 32,9% (19,8 milliards de DH) contre 33% à fin juillet 2005 (17,8 milliards de DH). Les exportations des demi-produits ont atteint sur la même période 16,8 milliards de DH (+20%). Cette performance est attribuée essentiellement à la progression des postes acides phosphoriques (+28,9%) et engrais (+22,1%). L’analyse des chiffres du commerce extérieur confirme également le redressement du textile. En effet, les exportations des vêtements confectionnés ont évolué de près de 14% à 11,75 milliards de DH contre une moyenne de 11 milliards de DH sur les cinq dernières années. «Cette performance revient en particulier aux efforts de positionnement des acteurs nationaux dans des créneaux de forte valeur ajoutée, sans oublier de signaler l’accroissement de la demande de la part des pays européens», explique Boubker Idrissi, gérant d’une unité à Casablanca spécialisée en lingerie.

Il faut ajouter à cela, le soutien des pouvoirs publics à ce secteur dans le cadre du programme Emergence. Les baisses appliquées au niveau des taxes de la douane ont facilité l’approvisionnement en matières premières par les industriels.

Côté importations, la facture pétrolière pèse toujours. En effet, les achats de pétrole brut ont porté sur une valeur de 14,5 milliards de DH contre 12 milliards, soit un accroissement de 19%. A ce niveau, il y a lieu de noter la baisse au niveau des quantités importées de 12,1%. Bref, pour le pétrole, le Maroc paye plus mais pour moins de volume. Explication? Le renchérissement de prix moyen de la tonne importée de 35,7%: 4.162 DH à la tonne contre 3.067 DH à fin juillet 2005. Les importations hors pétrole ont pour leur part atteint 101 milliards de DH (+11,3%).

L’analyse des statistiques de l’Office des changes permet de constater la poursuite de l’évolution des importations en biens d’équipement. Celles-ci se justifient par les besoins des grands projets en cours de réalisation dans les différentes régions du pays. Cet accroissement est attribué également aux programmes de modernisation du parc de matériel de transport de certaines entreprises publiques comme la RAM et l’ONCF. Pour la rubrique achats des avions, la valeur des importations a passé de 1,12 milliard à fin juillet 2005 à 2,67 milliards de DH au terme des sept premiers mois de cette année.

Nour Eddine El Aissi
Source: L'Economiste