News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion
Societe
Morchidates: Le Conseil des Oulémas tranche
· Le ministre des Habous conforté dans sa position
· La femme n’est pas habilitée à diriger la prière
· Verdict conforme au rite malékite
Sans surprise, la fatwa du Conseil des Oulémas, prononcée à la suite d’une requête d’Ahmed Toufiq, vient conforter la position du ministre des Habous et des Affaires islamiques. Par rapport au débat sur les morchidates, le verdict est sans appel: la femme n’est pas habilitée à diriger la prière. De plus, estime le Conseil, il n’a jamais été prouvé à travers l’histoire du Maroc qu’une femme ait officié à la mosquée la prière des hommes et des femmes. «En outre, la jurisprudence islamique est unanime à proscrire la direction par la femme de la prière des hommes, en raison des modifications que cela entraînerait pour le rituel de la prière», est-il spécifié dans la fatwa (avis religieux) rendue publique vendredi 26 mai. Cette exclusion s’explique par le fait que la prière de la femme doit s’accomplir à voix basse. Or, si cette obligation est appliquée à une prière devant s’effectuer à haute voix, cela la rendrait incomplète. Le verdict du Conseil est basé sur l’analyse des positions des savants de la jurisprudence malékite. «Le Maroc a choisi le rite de l’imam de Dar Al Hijra Malek Ibn Anas, depuis la constitution de l’Etat marocain». Ce choix fondé sur les bases de la chariaâ est un facteur de cohésion des Marocains et de leur unicité rituelle».

Or, le rite malékite, poursuit la fatwa, s’est orienté vers ce qui est généralement admis, à savoir que la femme n’est pas habilitée à diriger la prière.

Ainsi, la position du Conseil des Oulémas met un terme au débat lancé ces derniers jours, suite aux déclarations d’Ahmed Abbadi, directeur des Affaires islamiques. Ce dernier avait soutenu au contraire que la femme pouvait guider la prière, en citant l’exemple de Rajaa Naji Mekaoui, professeur universitaire ayant animé une causerie religieuse devant le Souverain.

Concrètement, les morchidates opèreront dans les mosquées et à la télévision. Elles auront les mêmes missions que les imams, à l’exception de l’Imamat.

Ainsi, elles sont habilitées à donner des cours en sciences islamiques, notamment la prédication et les préceptes de la chariaâ. Elles assureront également la formation continue de leurs consoeurs. De même, les morchidates seront chargées de traiter des questions liées aux femmes.

Source: L'Economiste