En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Societe
L'hebdomadaire Tel Quel condamné en appel
Deux journalistes de l'hebdomadaire marocain TelQuel, poursuivis en diffamation, ont été condamnés jeudi en appel à deux mois de prison avec sursis et à une amende de 800.000 dirhams (72.000 euros), a constaté un journaliste de l'AFP à Casablanca.
La Cour d'appel a confirmé la peine de deux mois de prison avec sursis rendue en première instance en août dernier, et réduit de un million à 800.000 dirhams l'amende que les deux journalistes doivent payer solidairement.

La plaignante, Halima Assali, députée, avait poursuivi le directeur de TelQuel, Ahmed Réda Benchmsi, et le journaliste Karim Boukhari après la publication en juillet d'un article qu'elle a jugé diffamatoire à son égard.

Dans ce billet satirique intitulé "Secret d'une brune", le journaliste Karim Boukhari avait retracé la carrière de Mme Assali la qualifiant d'ancienne "cheëkha" (danseuse populaire) et racontant comment elle est devenue parlementaire en adhérant à un parti politique.

"C'est un verdict injuste qui ne repose sur aucun fondement juridique", a déclaré à l'AFP l'avocat des deux journalistes, Me Mohamed Karam, critiquant la confirmation des deux mois de prison avec sursis "au moment où le gouvernement et le parlement cherchent à débarrasser le Code de la presse des peines privatives de liberté à l'égard des journalistes".

Fatima Moustaghfir, avocate de la plaignante s'est félicitée du verdict. "Le jugement est maintenant final et M. Boukhari doit passer à la caisse", a-t-elle dit.

Dans une autre affaire, TelQuel est poursuivi en diffamation par Touria Jaïdi, qui dirige une association d'aide à l'enfance. Il avait publié avec d'autres journaux une information affirmant qu'elle avait été convoquée par la police pour répondre de détournements de fonds.
La plaignante et le journal tentent de parvenir à "une solution à l'amiable". La Cour d'appel se prononcera le 3 janvier sur ce dossier.

Source : AFP