En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Politique
Maroc : nomination d'un nouveau patron de la police
Le roi Mohammed VI du Maroc a nommé Charki Draïss à la tête la Direction générale de la surêté nationale (DGSN) en remplacement du général Hamidou Laanigri, a indiqué mercredi l'agence marocaine de presse Map.
Maroc : nomination d'un nouveau patron de la police
Aucune explication officielle n'a été donnée sur cette nomination.

Charki Draïss occupait depuis 2005 le poste de wali (super-gouverneur) de la province d'El Ayoun, chef lieu du Sahara occidental.

Il remplace à la tête de la DGSN, le général Hamidou Laanigri, nommé par le roi, selon la même dépêche, inspecteur général des Forces auxiliaires, un corps armé relevant du ministère de l'Intérieur.

"M. Draiss est un homme du sérail et de confiance. En tant que civil, il a acquis une riche expérience au ministère de l'Intérieur notamment à la direction du renseignement", a déclaré à l'AFP un responsable politique sous le couvert de l'anonymat.

Hamidou Laanigri était directeur général de la DGSN depuis plus de trois ans après les attentats terroristes de Casablanca du 16 mai 2003, qui avaient fait 33 morts et des dizaines de blessés.

Dans ses nouvelles fonctions, le général Laanigri a été chargé de superviser les Forces auxiliaires dans les zones nord et sud du pays, a indiqué l'agence.

Les régions du nord et du sud sont sensibles avec notamment la lutte contre l'immigration clandestine et le trafic de drogue ainsi que le voisignage de ces zones avec l'Europe et l'Afrique subsaharienne, selon ce responsable.

Les deux nominations interviennent quelques jours après l'annonce par le ministère de l'Intérieur du démantelement au Maroc de deux réseaux.

Le premier concernait une cinquantaire d'islamistes accusés de préparer des attentats et le deuxième concernait des trafiquants de drogue à Tanger (nord) et à Casablanca (centre).

L'enquête sur ce dernier réseau a conduit mardi à la suspension de leurs fonctions de douze responsables, dont des officiers de la gendarmerie, de la police, des Forces auxiliaires et de trois cadres du ministère de l'Intérieur ayant rang de "caïd" (administrateur de cercles).

Lors de l'enquête, le chef présumé du réseau de drogue démantelé, Mohamed Kharraz, a cité les noms des douze responsables marocains dont le roi a décidé en personne de les décharger de leurs fonctions en attentant les résultats de l'enquête, a indiqué mardi une source officielle.

Source : AFP