Politique
Le Maroc refuse d'abriter des centres de transit d'immigrés
Le Maroc refuse catégoriquement d'accueillir des centres de transit pour les immigrés clandestins subsahariens voulant se rendre en Europe, a affirmé jeudi le ministre marocain de la Communication, porte-parole du gouvernement, Nabil Benabdallah.

"Le Maroc n'a pas vocation à accueillir les centres de transit et refuse de le faire car nous ne sommes pas le territoire concerné directement", a-t-il affirmé dans un communiqué.

"Certaines personnes pensent qu'il y a lieu pour le Maroc de le faire, mais nous n'acceptons pas ce marché", a-t-il ajouté.

Environ 20.000 immigrants africains sont en Algérie et 10.000 au Maroc, prêts à rejoindre les enclaves espagnoles de Ceuta et Melilla.

"L'Europe voudrait que les pays du Maghreb, en particulier le Maroc, gèrent cette question. Personne n'est en mesure de démentir que ces personnes cherchent à aller en Europe et non pas au Maroc", a dit le ministre marocain.

Il a estimé que "cette responsabilité incombe principalement à l'Union européenne qui doit déclencher un véritable plan Marshall" afin d'apporter l'assistance nécessaire aux pays subsahariens pour juguler les flux migratoires à la source.

M. Benabdellah a affirmé que l'Union européenne devait débloquer 40 millions d'euros, il y a six ans, pour aider le Maroc à lutter contre l'immigration clandestine.

"Quels que soient les murs que nous pourrons ériger, cela n'arrêtera pas le flux", a-t-il affirmé.

Le Maroc et l'Espagne, critiqués pour leur gestion de la crise des immigrants africains, ont décidé mardi d'appeler une conférence ministérielle euro-africaine sur cette question.

Source: Panapress