En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Politique
De Villepin : "La France et le Maroc ont des défis communs"
Terrorisme, drogue, immigration: "la France et le Maroc ont des défis communs", selon M. de Villepin.
La France et le Maroc ont "des défis communs: la lutte contre le terrorisme, la drogue et l'immigration clandestine", a déclaré mardi Dominique de Villepin au terme d'une visite de travail au Maroc.

Après avoir été reçu en audience par le roi Mohammed VI à Fès (200km à l'est de Rabat), le ministre français de l'Intérieur a regagné la France en début d'après-midi.

Plaidant pour "un partenariat rénové" entre la France et le Maroc, le ministre a salué "les relations exemplaires" bilatérales en matière de lutte antiterroriste.

M. de Villepin a plaidé pour "une plate-forme de renseignement" entre les services de sécurité des deux pays et a annoncé l'échange d'officiers de police français et marocains pour lutter spécialement contre les filières de drogue et d'immigration clandestine.

Premier producteur mondial de haschich, le Maroc est également devenu ces dernières années une tête de pont pour les candidats à l'émigration clandestine vers l'UE, notamment en provenance d'Afrique subsaharienne.

Le ministre de l'Intérieur était accompagné de plusieurs hauts responsables de la police française (DST, DGPN) qui ont eu des échanges avec leurs homologues marocains.

"La coopération sécuritaire entre Rabat, Madrid et Paris est indispensable car les Espagnols sont au coeur du problème", a commenté un officiel marocain ayant requis l'anonymat.

Rappelant le chiffre de 165 ressortissants français actuellement emprisonnés au Maroc, Dominique de Villepin s'est en revanche abstenu de commenter le cas de Pierre Robert, condamné à perpétuité au Maroc en septembre 2003.

Converti à l'islam et surnommé "l'émir aux yeux bleus" par la presse marocaine, Pierre Robert est le seul ressortissant étranger à avoir été condamné en marge de l'enquête sur les attentats islamistes de Casablanca (45 morts, le 16 mai 2003).

Affirmant lors de son procès à Rabat avoir "collaboré avec les services secrets français", Pierre Robert attend actuellement son transfèrement vers la France pour y purger sa peine. "Je suis préoccupé par l'enlisement du dossier", a déclaré mardi à l'Associated Press son avocat parisien, Me Vincent Courcelle-Labrousse.

Source : Associated Press