News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Universités d'été العربية Connexion
Economie
Télécom: Telefonica envisage à son tour de vendre ses parts dans Méditel
Telefonica deuxième plus grand opérateur téléphonique européen, serait ouvert à une proposition de vente de sa participation dans Méditel, qu'il détient avec Portugal Telecom (PT), selon une source proche du dossier, citée par Bloomberg.
Télécom: Telefonica envisage à son tour de vendre ses parts dans Méditel
Après PT qui a mandaté Morgan Stanley pour trouver un repreneur de ses actions, c'est au tour de Telefonica d'envisager un retrait. Les raisons avancées par la firme espagnole ne sont pas invoquées. La part de PT dans le capital de Méditel s'élèverait à 444 millions d'euros selon Ricardo Seara, analyste à la Banque portugaise d'investissement (BPI). La vente de ses actions serait motivée par un redéploiement notamment au Brésil, où il possède avec Telefonica le plus grand fournisseur local. D'ailleurs selon Bloomberg, le PDG de PT, Zeinal Bava a rappelé, jeudi 14 mai 2009, que le groupe tenait à « se focaliser sur le Portugal, le Brésil et l'Afrique subsaharienne », sans pour autant confirmer la rumeur.

Sans les nommer, la source de Bloomberg rapporte aussi que des soumissionnaires du Moyen-Orient seraient intéressés par une participation dans Méditel. Il s'agirait sans doute d'Orascom Telecom (OT) et d'Emirates telecommunications connu sous le nom Etisalat. Le président d'OT, Naguib Sawiris a fini par reconnaître l'intérêt de son groupe pour Méditel dans une interview le 16 mai. Un jour plutôt, c'était le président d'Etisalat, Mohammed Hassan Omran qui affichait la volonté de sa société de faire une offre de participation pour le deuxième opérateur marocain de GSM. Du côté de Telefonica, PT et Morgan Stanley on se refuse selon Bloomberg à tout commentaire.

Méditel a terminé le mois de mars avec 8,3 millions de clients et a généré 106,9 millions d'euros de chiffre d'affaires au cours du premier trimestre 2009. Telefonica et PT détiennent chacun 32,18 % de son capital. Le retrait des deux actionnaires majoritaires en cette période de crise économique risque de créer des problèmes à l'entreprise même si l'intérêt des possibles partenaires est connu.

Ibrahima Koné
Copyright Yabiladi.com