Economie
Lotfi Chelbat: «Les MRE de Belgique sont disposés à investir dans l’immobilier au Maroc»
Lotfi Chelbat, organisateur du Salon de l’immobilier Marocain à Bruxelles (SMAB XL), présente l’édition 2009 qui se déroulera les 13, 14 et 15 février 2009. C’est la région de l’Oriental, terre d’origine de nombreux MRE résident en Belgique, aux Pays-bas ou encore au nord de la France, qui sera à l’honneur. Selon Lotfi Chelbat, la crise financière a des effets «positifs» sur l’investissement dans l’immobilier au Maroc et il s’en explique…
Lotfi Chelbat: «Les MRE de Belgique sont disposés à investir dans l’immobilier au Maroc»
- A l’aube de la 3ème édition du SMAB xl, quelles seront les nouveautés ?
- Lotfi Chelbat : L'édition 2009 profitera de l'expérience des deux précédentes éditions. Elle se veut plus professionnelle avec la participation plus importante d'exposants qui couvrent territorialement l'ensemble du Maroc, mais aussi de nombreux professionnels du secteur tels que des avocats, des notaires, architectes, ou encore des fonctionnaires avec la présence des Centres régionaux d'investissements. Ce salon donnera lieu à un concert de conférences, au rythme de cinq par jour, et qui traiteront de diverses thématiques sous ses aspects juridiques, financiers et administratifs. Des thèmes comme l’acquisition et ses diverses facettes, l’enregistrement des actes, le rôle des agences urbaines, des Centres régionaux d'investissements,…seront abordés.

- Vous avez décidé de mettre à l’honneur une région du Maroc, celle de l’Oriental. Pourquoi ?
Nous mettons à l'honneur la région de l'Oriental car elle connaît un essor sans précédent. En outre, notre choix est motivé par la présence massive de MRE, qui sont originaire de cette région au sein de la communauté de Belgique, de la Hollande et du nord de la France. A cet effet, il nous semble opportun de présenter les atouts, les spécificités et les ressources de la région de l'Oriental dont les membres de la communauté sont très attentifs aux changements. De plus, nous avons sollicité l'Agence de l'Oriental afin qu’elle nous accompagne dans cette édition et de lui permettre de promouvoir cette région à Bruxelles, cœur de l’Europe.

- Quels sont les objectifs assignés pour l'édition 2009 ?
- L'édition 2009 s'inscrit dans la continuité et elle aspire à attirer 35.000 visiteurs avec en toile de fond la volonté de séduire le plus grand nombre possible d'Européens amoureux du Maroc. Quant au nombre d'exposants, il sera plus important que lors de la précédente édition. Je vous avoue que nous avons mis un point d'honneur à sélectionner des promoteurs sérieux afin de renforcer la crédibilité de notre salon aux visiteurs.

- Et le bilan des éditions précédentes?
- Le succès enregistré lors des deux précédentes éditions a permis d'inscrire cet événement dans la durée et de conjuguer les efforts nécessaires afin que Smabxl devienne un rendez-vous annuel incontournable. Ainsi, et à chaque fois, Bruxelles devient le lieu de rencontres privilégié accueillant un public international, à la quête d'investissement dans le marché immobilier, s'intéressant à la qualité et à la diversité du marché marocain. La seconde édition du Salon de l'immobilier marocain «SMABxl 2008» a accueilli près de 26 500 visiteurs, créant ainsi un espace dynamique et interactif impliquant l'ensemble des professionnels de l'immobilier marocains.

- Quelles sont les attentes des Marocains résidant en Belgique en matière d'immobilier ? Les offres marocaines exposées arrivent-elles à répondre à leurs besoins ?
- Tout d'abord, il est intéressant de noter que l'acquisition immobilière permet de redéfinir le lien avec ses origines, bâtir un nouveau pont entre ses nouvelles générations et le Maroc d'aujourd'hui. Le choix de l'Oriental en tant que région à l'honneur répond à une demande importante de nos visiteurs venus nombreux l’année dernière. Nous avons également une grande partie de la communauté originaire du nord et du sud du Maroc. On observe aussi que les jeunes générations achètent plus dans des villes autres que celles d'où sont originaires leurs parents comme Marrakech, Fès, Agadir ou encore Mohammedia.

- Dans un contexte économique international sur fond de crise, pensez-vous-vous que les MRE et les investisseurs étrangers sont disposés à investir dans l'immobilier au Maroc?
- Il est incontestable que la crise économique mondiale a un effet sur l'investissement immobilier. Cependant, la perte de confiance dans les banques européennes pousse les épargnants à investir leurs économies dans l'acquisition de biens immobiliers. La communauté marocaine de Belgique est confiante dans l'évolution économique, sociale et politique du Maroc et souhaite plus que jamais participer à l'élan de cette nation. L'acquisition d'un bien immobilier au Maroc n'est plus perçue comme l'achat d'une seconde résidence, mais plutôt comme un investissement sous la forme de «gagnant-gagnant» ce qui permet de rentabiliser son capital.
Bilan du SMABxL 2008

Ils étaient plus de 26 500 personnes à visiter le second salon de l'immobilier Marocain à Bruxelles. La majorité de ces visiteurs désirent acquérir un bien immobilier dans le pays et 37% d'entre eux optent pour la région de l'Oriental.

L'enquête réalisée sur un large échantillon de visiteurs ayant fréquenté la seconde édition du salon de l'Immobilier marocain à Bruxelles a le grand mérite de démontrer, chiffres à l'appui, que le désir d'investir, d'acheter et de posséder un bien immobilier au Maroc interpelle presque tous les visiteurs de ce salon. Ainsi, selon cette enquête, 52 % des personnes approchées se sont prononcées en faveur de l'acquisition d'un appartement, 37% d'une maison et 10% d'une villa. Concernant le recours à l'emprunt pour le financement, 75 % des visiteurs déclarent disposer d'un apport non négligeable (au moins 25 %) du montant de l'acquisition: 41 % envisagent un crédit de 50 %, 40 % préfèrent un crédit de 80 %

Propos recueillis par Rachid Hallaouy
Copyright Yabiladi.com