Culture
Promotion de la couture marocaine
Une fédération rien que pour le caftan. Qui dit mieux ? Présidée par Najia Abadi, cet organisme compte mettre en exergue cet habit traditionnel marocain sur les plans national et international. Le plan d'action élaboré à cette fin montre le degré de perfectionnement des stylistes et des créateurs soucieux de préserver un savoir-faire séculaire.
La FCTM (Fédération de la Couture Traditionnelle marocaine) a tenu, lundi dernier, une conférence de presse à Casablanca. Objectif : dévoiler sa mission et son plan d'action en présence des personnalités du monde de la haute couture, des artistes et Mme Milita Toscane de Plantier. La présidente du festival du film à Marrakech a été désignée par la FCTM membre d'honneur.

Initié par les professionnels de la haute couture, la fédération, depuis sa création en 2005, a regroupé autour d'elle les créateurs et stylistes traditionnels. Ils ont tous fait front commun pour promouvoir leurs métiers et faire valoir leur savoir faire.
Pour ne pas naviguer à vue, un programme d'action a été élaboré. Celui-ci ¦uvre à accorder au caftan la place qu'il mérite dans l'environnement culturel marocain. La pérennité de cette tenue des plus authentiques fait également partie des préoccupations de la fédération. Pour cela, il a fallu d'abord structurer la profession en impliquant l'ensemble des créateurs dans cet organe. Il n'y avait, en effet, pas meilleur moyen pour stimuler la haute couture.
Concrètement, trois chambres ont été créés afin d'organiser le secteur, autrefois anarchique. La première concerne la haute couture. La seconde est focalisée sur le prêt-à-porter. La troisième est quant à elle, consacrée à la mode masculine. Les autres villes ne seront pas mises en reste. Pour valoriser le caftan partout au Maroc, des stylistes sont désignés délégués régionaux dans plusieurs villes et régions dont Rabat, Kénitra, Meknès, Ksar Kébir, Tanger.
La FCTM s'attelle, aussi, à mettre en valeur les maâlams et les brodeuses, à créer des ateliers d'apprentissage dans le milieu rural et à assurer la relève de la profession en initiant les jeunes talents à la couture traditionnelle. De ce fait, des stages de perfectionnement sont envisagés afin d'améliorer le savoir-faire des nouveaux recrus.

Le point d'orgue de ce programme ambitieux est l'internationalisation du label caftan. Dans cette perspective, la fédération envisage de négocier des partenariats avec des créateurs étrangers pour mettre en valeur le caftan marocain sur le plan international.
A ce titre, un planning annuel de défilés de mode est prévu. Par ailleurs, un projet en cours de réalisation verra le jour en 2007, dans plusieurs villes européennes.

Signalons que le bureau fédéral a été reçu le 13 juin 2006 par le ministre du Tourisme et de l'Artisanat Adil Diouri qui soutient cette action. Un protocole résultant de cette rencontre a été signé par les deux partenaires.

Soumia Yahia
Source: Al Bayane