En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Analyse
Synthèse de la presse : Sahara : L’impasse
«Les positions des parties sont quasi- inconciliables». Cette déclaration de Peter Van Walsum revient inlassablement narguer les pages de tous les journaux marocains et algériens. C’est effectivement avec ce constat qu’a achevé l’envoyé de l’ONU la tournée exploratoire entamée dans la région, dans le but de tâter le pouls des pays concernés par le dossier du Sahara.
Synthèse de la presse : Sahara : L’impasse
Le Maroc, la Mauritanie puis l’Algérie ont été les escales de Van Walsum dans son périple d’une semaine. Sa mission : entreprendre des consultations en vue d’évaluer la situation et surtout de rechercher les moyens de sortir de l’impasse politique actuelle. Impasse, le mot est presque léger. Les «parties intéressées» et les «pays voisins» campent sur leurs positions. L’envoyé onusien déclare qu’«il est impossible de trouver une solution de nature à satisfaire toutes les parties. Aucune n’est prête à faire des concessions». Et d’ajouter que «Toutes souhaitent trouver une solution à ce problème». A la bonne heure !

Le journal Al Bayane estime néanmoins qu’on n’est pas sortis de l’auberge! Le Maroc et l’Algérie croisent des regards différents, sinon diamétralement opposés sur le Plan Baker. Après le refus marocain de ce plan onusien, l’ONU avait voté à l’unanimité de ses membres la résolution 1570 par laquelle il s’est positionné pour la recherche d’une solution politique consensuelle. Le quotidien affirme que le Maroc avait rejeté ce plan qui lui était présenté comme «un texte à prendre ou à laisser, comme si les diplomaties ne sont faîtes que pour revêtir leur visa, sans débat ni discussion, tout document qui leur est soumis. Le Maroc ne saurait se départir d’une telle idée, pas plus qu’il ne saurait admettre un quelconque diktat».
Notre ministre de la communication et porte-parole du gouvernement a fait savoir que le Maroc «rencontre la compréhension d’un certain nombre de pays et pas des moindres». Il s’agit en fait des Etats-Unis, de la France et de l’Espagne. La compréhension en question concerne l’instauration d’un dialogue direct entre Rabat et Alger, comme étant «les deux parties principalement concernées par la question du Sahara» de l’avis de Nabil Benabdellah.

Les journaux algériens ne partagent pas vraiment ce point de vue. «Les parties impliquées sont le Maroc et le Polisario» souligne El Moudjahid. La diplomatie algérienne, qui traduit un «langage de la sagesse et de la paix », ne laisse aucune mauvaise interprétation quant à sa position officielle. Elle intervient en tant que «pays intéressé», donnant son avis sur le sujet «au même titre que d’autres pays intéressés». Le journal El Moudjahid, visiblement très intéressé aussi par cette affaire si l’on en croit le nombre d’articles qui lui sont dédiés, ne jure plus que par la législation internationale. Il ne manque d’ailleurs pas de rapporter les propos de Brahim Ghali, délégué du Front Polisario à Madrid : «Nous sommes devant une situation où il y a un envahisseur et un envahi, un agresseur et un agressé, un colonisateur et un colonisé».
Bouteflika, Président d’un pays «simplement intéressé», se fait une joie d’appuyer le Front Polisario. Ainsi que le rapporte le journal Le Devoir, «la question du Sahara doit être réglée dans le cadre des Nations Unies, parce que c’est un problème de décolonisation». En réitérant avec force la position de l’Algérie, le chef de l’Etat enterre durablement les espoirs de Rabat de voir s’établir «un dialogue direct» avec Alger, se réjouit El Watan.

Quoi qu’il en soit, les marocains restent attachés à leur intégrité territoriale, sous le signe d’ «un peuple uni et d’un destin commun». C’est le thème du voyage organisé «Retrouvailles» nous informe Aujourd’hui Le Maroc. Du 20 Octobre au 2 Novembre, des familles issues de 16 régions du Maroc pourront être fières d’accueillir d’autres familles des régions du Sud. Cette caravane qui démarrera du Nord, de l’Est et de l’ouest du pays en direction du sud marocain sera ponctuée d’activités politiques, culturelles et artistiques. Le tout est d’appuyer la marocanité du Sahara.

Salma Daki
Copyright Yabiladi.com