Analyse
MarocTélécom, Méditel… «Wana» ?
Un nouveau vent souffle sur le monde des télécoms au Maroc. Simple petite brise, bol d’air frais ou véritable rafale ? En tout cas Wana est là, les opérateurs sont maintenant trois et la concurrence commence déjà. Décryptage.
MarocTélécom, Méditel… «Wana» ?
Le secteur des télécoms est en ébullition. Le bilan de l’année 2006 est certes là pour le prouver, mais il suffirait de voir l’investissement des opérateurs en matière de communication pour mesurer les avancées dans le secteur. Maroc Télécom et Méditel ont habitué le public à des campagnes de communication tous azimuts.

Aujourd’hui, Wana (ex Maroc Connect) fait une entrée fracassante et réussit à capter l’attention des clients. Derrière ce nom se cache une coentreprise entre le conglomérat marocain ONA et SNI, une holding contrôlée par la famille royale. Wana mise dans son positionnement sur la transparence et la flexibilité, transparence qui fait un peu défaut aux deux premiers opérateurs… La promesse ne manque pas de faire son effet sur les consommateurs, qui toutefois restent dubitatifs par rapport à la réalité des offres de Wana à long terme. Le nombre de blagues à ce sujet est édifiant, la plus connue voulant que Wana arrive en voyant la grosse opération de ‘déplumage’ à laquelle se livrent les deux premiers opérateurs et se demande «Wana ?» (et moi?) en espérant avoir sa part du gâteau.


Le fixe à la Wana

Le nouvel opérateur commence par proposer Bayn (clair), une formule de téléphonie fixe, qui tous comptes faits, n’est pas si fixe que cela…
Le «fixe mobile» comme on s’acharne à l’appeler est en fait un téléphone qui assure une mobilité de 35 km. Dépassé ce périmètre, en bon fixe, Bayn ne marche pas. Il s’agit donc plutôt d’un téléphone à mobilité restreinte. Hors, de ‘mobilité restreinte’, beaucoup de clients n’ont retenu que ‘mobilité’… Les files de consommateurs qui s’accrochaient aux grillages des points de vente Wana pensaient en fait acheter un téléphone mobile…

Méditel n’a pas tardé à rebondir sur la situation : des téléphones mobiles, des vrais cette fois-ci, à un prix imbattable (5 modèles de téléphone mobile à 99 Dhs). L’effet Wana déteint sur le second opérateur, les clients font la queue dès l’aube… Bayn serait comparable au Tilifoune Dial Dar de Méditel, qui soit dit en passant est un flop. Cependant, il offre en plus d’autres avantages, notamment la gratuité de certains services comme la consultation de solde, qui est traditionnellement payante pour les deux autres opérateurs. Mais ce qui a vraiment valu le succès de Bayn, du moins pour son entrée en lice, c’est la gratuité des appels entre «fixes» Bayn et ce jusqu’au 31 juillet. Une jolie promotion qui a réussi son coup, malgré la déception des clients face à quelques problèmes d’activation, de ruptures de stock et autres désagréments qui accompagnent les premiers succès.

Après la téléphonie fixe, Wana devrait dévoiler son offre Internet dans les prochains jours, en se basant sur sa propre technologie, ce qui exclut l’ADSL. Tout comme pour ses autres services, Wana devrait miser sur le prépayé, sans abonnement. Une offre qui conviendrait aux étudiants qui ne peuvent disposer d’une ligne fixe, ainsi qu’aux nouveaux connectés qui pourront découvrir Internet sans contraintes.

On devra tout de même attendre 2008 pour voir le nouvel opérateur en action sur le segment de la téléphonie mobile, lorsque la technologie 3G sera opérationnelle, sachant que des licences ont été attribuées à chacun des opérateurs en Juillet dernier.


Quand le tarif sera-t-il «bayn» ?

C’est à une véritable guerre des coûts que se livreront les trois opérateurs, au grand bonheur du client. Wana entre en jeu avec la ferme intention de «favoriser l’usage et non seulement l’accès aux télécommunications», selon son PDG. Des baisses de prix de 20 à 25% sont envisagées à moyen terme.
Pour le moment, seule l’offre Bayn concernant le fixe a dévoilé ses tarifs. Il faut dire qu’ici les trois opérateurs sont logés à la même enseigne concernant la clarté des coûts. S’il est vrai que Wana simplifie les choses en mettant le national au prix du local et en unifiant le tarif vers l’international, il aurait été tout de même plus clair d’exprimer les tarifs à la minute au lieu du dirham.

Cependant nous sommes tout de même loin de la tarification à 10 cts/10 sec de Méditel, qui plus est hors taxes. Sans oublier les paliers de tarification de Maroc Télécom qui embrouillent quelque peu le consommateur.
Une unification de l’expression des tarifs en dh/min permettrait tout de même au public de pouvoir comparer réellement les offres des trois opérateurs. L’ANRT ne s’est pas exprimée sur ce point. Elle a toutefois d’ores et déjà imposé la tarification en TTC dans une décision datant de fin novembre, mais qui visiblement n’est pas encore appliquée: les offres TV sur ADSL et Phony de Maroc Télécom sont toujours exprimées en HT, le Tilifoun Dial Dar de Méditel également, comme on peut le voir sur le site…

Même peu orienté aux milieux des offres télécoms qui vont en croissant, le consommateur reste gagnant. La guerre des prix est déclenchée et la concurrence sera rude, malgré les bases solides dont jouit l’opérateur historique. Celui-ci ne s’est d’ailleurs pas encore manifesté devant le succès de Wana, estimant peut-être qu’il n’y a pas de quoi s’inquiéter pour le moment, mais préparant sans doute une contre-offensive pour préserver ses acquis…


Le marocain à l'étranger... wana ?

Un autre terrain verra la concurrence entre les trois opérateurs s'exacerber, celui de la clientèle marocaine à l'étranger. Les opérateurs ont conscience de la manne que représente cette clientèle estivale et planche depuis quelque mois sur des offres dédiées. Ainsi Maroc Telecom s'est allié au Groupe Saham et à l'opérateur SFR du groupe Vivendi pour lancer un MVNO (opérateur de réseau mobile virtuel) ethnique.
En toute logique, Meditel pourrait faire de même avec son actionnaire espagnol Telefonica pour toucher les marocains vivant en Espagne.
Et Wana dans tout ca ? Le nouvel arrivant a de l'ambition puisque selon un magazine marocain, Wana serait en pourparlers avec France Telecom pour lancer un MVNO ethnique également.

Si les offres à destination des marocains à l'étranger sont encore balbutiantes, il est fort à parier que les 3 millions de clients potentiels aiguiseront les appétits des 3 opérateurs marocains et les amènera à élaborer des offres beaucoup plus compétitives.

Salma Daki & Mohamed Ezzouak
Copyright Yabiladi.com