En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour une meilleure utilisation de nos services. En savoir plus.X

News Forum MediaTIC Islam Yabiladies Rencontres العربية Connexion
Agenda
Concert de Malhoun de Touria Hadraoui à Paris
"C’est une illumination !", s’est exclamé le poète Mamhoud Darwich. Touria Hadraoui a déjà vécu plusieurs vies : elle a étudié et enseigné la philosophie puis pratiqué le journalisme et fondé une revue ; elle a milité pour la culture et pour la femme. "Habitée, dit-elle, par le chant depuis sa plus tendre enfance", elle a rencontré le malhoun, une forme ancestrale de poésie chantée. C’est auprès du maître El Haj Benmoussa qu’à partir de 1988, elle s’est initiée à cet art. Trois ans d’apprentissage pour se familiariser avec cet "univers fabuleux".

Touria Hadraoui s’est approprié ce genre jusqu’alors apanage des hommes. Aujourd’hui, elle le chante à la manière ancienne. Comme un supplément d’âme, elle lui a instillé, dit-on, "élégance, grâce et distinction".

"Il y a une douleur dans la vie sans les livres", dit cette lectrice fervente à laquelle les livres ont ouvert les chemins de la réflexion et du rêve. Dans les écrits des prestigieux maîtres soufis, elle puise les ferments d’une quête mystique et, depuis la fin des années 90, interprète aussi ce répertoire. Entre autres, en dialecte marocain, des textes d’Al Harrak, disparu en 1844, qu’elle a parés de sa musique.

Souvent, les chants soufis évoquent l’amour et le désir. L’amour divin, le désir d’une rencontre spirituelle. Mystiques et profanes à la fois, ils invitent à l’ivresse des sens, ils conviennent à l’extase, à un voyage au-delà des frontières de l’être… Des chants qui convoquent "tout un corps" et non seulement "deux yeux qui lisent". Et "l’écho de l’aube se répercute encore dans la voix de Touria Hadraoui", écrit Abdallah Zrika. Un timbre étrange, "fragile et ample". Véhicule des sortilèges, cette voix investit la mémoire pour tenter de pérenniser la tradition musicale. Au Théâtre des Abbesses, elle sera escortée par deux kemanja (violon), un oud, un swisen (luth) et une derbouka pour distiller malhoun et chants soufis.

Lieu - Horaire - Billetterie :
_____________

THEATRE DE LA VILLE DE PARIS / LES ABBESSES
31 Rue des Abbesses
75018 PARIS
Tél. 01 42 74 22 77

http://www.theatredelaville-paris.com

Le 22 Janvier 2004 :
de 20:30 à 22:30 le jeudi.
Tarifs d'entrée :
Plein tarif : 15 €
Jeunes : 11 € (-26 ans)

Source : ViaFrance.com